Les proches aidants, ces laissés-pour-compte

POINT DE VUE / La ministre Marguerite Blais a annoncé dimanche qu’un budget de 5 millions $ vient d’être débloqué pour aménager les CHSLD. Pourquoi? Parce que, selon la ministre, elle a constaté «qu’ils avaient besoin d’amour». Que c’est beau, que c’est touchant!

Le 27 décembre 2019, la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann annonçait que Québec doublera le montant accordé aux propriétaires de chiens d’assistance à compter du 1er janvier 2020, soit 2240 $ et ça pour permettre aux personnes âgées vivant seules d’avoir de la compagnie. Il paraît que ça fait du bien!

«Prisonniers»

Plus déconnecté que cela, tu meurs. Nous, les aidants et aidantes qui prenons soin de nos compagnes et compagnons, ne recevons rien. Est-ce que vous savez mesdames les ministres que nous, nous sommes prisonniers de notre situation?

Savez-vous que nous aussi nous sommes des humains, que pour maintenir à domicile l’être aimé, nous devons réaménager, adapter, modifier et j’en passe, notre maison ou appartement à nos frais. Sans aucune aide financière.

Dernièrement, une amie aidante me disait qu’elle se sentait comme dans une prison. Je lui ai répondu «non», les prisonniers eux ne se font pas à manger, ils ne lavent pas leur linge, ils ne lavent pas les planchers, ils n’entretiennent pas la prison, ils ont des sorties, etc. Nous, il est ouvert avec accès à l’extérieur sans possibilité d’en jouir.

Mme Blais, vous ne parlez que des gens qui vivent en CHSLD. Et nous? N’est-ce pas vous qui préconisez le maintien à domicile? Selon les statistiques, les aidants tombent au combat bien avant les personnes qu’ils soutiennent. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi?