L'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec
L'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

«Les patients profitent de la collaboration entre les partenaires dans le cadre d’Optilab»

Les directions des quatre établissements de la grappe OPTILAB
Les directions des quatre établissements de la grappe OPTILAB
RÉPLIQUE / Les quatre établissements qui composent la grappe Optilab de la Capitale-Nationale et des Iles-de-la-Madeleine réagissent conjointement face à certains propos tenus par les médecins de l’IUCPQ dans le cadre d’un article publié ce matin par le journal Le Soleil au sujet de la grappe Optilab de la Capitale-Nationale et des Îles de la Madeleine.

Les données l'illustrent clairement; ce sont d'abord et avant tout les patients qui profitent de la collaboration entre les partenaires dans le cadre d'Optilab. 

Parmi les avantages :

• Depuis le déploiement d'Optilab, les deux centres hospitaliers dans la région de Charlevoix ont bénéficié d'une augmentation de l'accessibilité : 

• L’horaire des prélèvements a été bonifié, passant de 4 à 5 demi-journées par semaine dans les hôpitaux de La Malbaie et de Baie Saint-Paul. 

• Le fonctionnement des laboratoires est dorénavant 24 h/ 24, 7 jours / 7. Antérieurement à Optilab, l'horaire était de 8 h à minuit, avec une garde de 0 h à 8 h. 

• De nouveaux types d'analyse sont maintenant possibles aux Îles-de-la Madeleine, à Portneuf et dans Charlevoix.  

• En regroupant les ressources, deux laboratoires peuvent maintenant fonctionner 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ce qui améliore le temps de réponse en microbiologie.  

• Les résultats de certains types d'analyse, comme les cultures d'urine sont disponibles beaucoup plus rapidement, parfois jusqu'à plus de 40 heures plus tôt.  

• Regrouper les appels d’offres et les contrats d’approvisionnement a permis une gestion du temps plus efficace et une réduction des coûts, défrayés par l’argent des québécois.  

• Maintien du plus grand nombre d’analyses spécialisées effectuées localement afin de répondre aux besoins surspécialisés. Par exemple, 94 % des analyses de l’IUCPQ sont faites localement dans l’hôpital. 

• Permettre l’amélioration de l’efficacité pour augmenter l’accès au test COVID depuis le début de la pandémie comme le montrent les statistiques suivantes : 

• La production moyenne d’analyses au laboratoire de l’IUCPQ est passée de 27 tests/jour en avril à 415/jour en septembre. La capacité du laboratoire a dépassé le cap des 800/jour la semaine du 19 octobre, soit une augmentation de 2 900 %. 

• Au sein de la grappe de la Capitale-Nationale et des Îles de la Madeleine, cette production moyenne est passée de de 415/jour en mars à 2 531/jour en septembre. Elle a atteint une moyenne de 3 040/jour, la semaine du 19 octobre, soit une augmentation de 733 %. 

• Plus de 30 nouveaux appareils d’analyses liées aux tests COVID dans les 6 laboratoires de la grappe ont été ajoutés ou sont en cours d’acquisition. Un 7e laboratoire débutera ses opérations avant la fin octobre et deux autres suivront en novembre et décembre. 

• La grappe de la Capitale-Nationale a réalisé 14 493 tests COVID-19 en avril, le premier mois complet de production. En septembre, 75 931 résultats ont été émis. Au 22 octobre, 60 869 tests ont été réalisés, ce qui à ce rythme correspondra à 86 000 tests au cours du mois, témoignant de l’augmentation de la capacité de la grappe. Au total, ce sont plus de 284 000 tests qui ont été réalisés depuis le début de la pandémie. 

Selon M. Martin Beaumont, président directeur-général du CHU, « les résultats obtenus à ce jour grâce au regroupement des laboratoires de la Capitale-Nationale et des Îles de la Madeleine démontrent qu'en unissant nos forces, nous sommes en mesure d'offrir de meilleurs soins et services à la population. Je sais que l’ensemble des partenaires du projet ont à cœur l’intérêt des patients, tout comme nous, et c’est en misant sur la collaboration que nous pourrons non seulement maintenir, mais également améliorer ce projet. L’ouverture du ministère de la Santé et des Services sociaux à créer un Optilab 2.0 nous permettra sans aucun doute de répondre encore mieux aux besoins de nos plateaux hospitaliers, dont l’IUCPQ».

«Ce projet a apporté son lot de défis et de changements. La pandémie sans précédent que nous vivons actuellement apporte également son lot de défis pour l’ensemble des établissements de la province de Québec. Depuis le mois de septembre, l’augmentation importante du nombre de tests COVID réalisés à l’Institut est le résultat d’efforts communs de tous les acteurs médicaux et administratifs de la grappe, précise M. Denis Bouchard, président directeur-général de l’Institut.

«Le CIUISS de la Capitale-Nationale bénéficie de l’expertise spécialisée en continue des médecins de laboratoire et nous permet de profiter des technologies plus performantes afin de supporter nos différentes missions. En implantant le regroupement des laboratoires pour la Capitale-Nationale, des plages horaires pour les prélèvements ont été ajoutées dans la région de Charlevoix, en plus de permettre l'ouverture des laboratoires 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, améliorant ainsi le service à la population », explique M. Michel Delamarre, président directeur-général du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

«L’intégration du CISSS des Iles-de-la-Madeleine au regroupement des laboratoires de la Capitale-Nationale et des Îles de la Madeleine a permis d’améliorer de nombreux délais d’analyses, notamment par l’ajout de deux appareils d’analyses pour la COVID, permettant de diminuer les délais pour obtenir les résultats des cas et ainsi diminuer considérablement les risques de contamination. Ceci étant un élément primordial pour la population des Îles», précise Mme Jasmine Martineau, présidente directrice-générale du CISSS des Iles-de-la-Madeleine.