Le gouvernement Harper a placé ce programme de 900 millions $ au coeur de son budget de mars.

Les olympiades du gouvernement Harper

Depuis son élection, le premier ministre Harper semble se lancer dans des olympiades parallèles alors que se déroulent les Jeux de Sotchi. Les disciplines dans lesquelles M. Harper a le plus d'espoir de rafler l'or sont fort différentes de celles dans lesquelles nos athlètes excellent ces jours-ci.
Depuis son élection, le premier ministre Harper semble se lancer dans des olympiades parallèles alors que se déroulent les Jeux de Sotchi. Les disciplines dans lesquelles M. Harper a le plus d'espoir de rafler l'or sont fort différentes de celles dans lesquelles nos athlètes excellent ces jours-ci.
Après avoir démontré son talent pour s'attaquer aux chômeuses et chômeurs, aux organisations syndicales, aux environnementalistes, aux scientifiques et à la démocratie, le premier ministre se lance dans des politiques d'austérité. Son dernier exploit se trouve dans les pages d'un budget qu'il a tenté de faire passer inaperçu.
Champion de l'austérité
Ayant étudié à la même école de pensée que les Thatcher et Reagan de ce monde, Stephen Harper est un champion de l'austérité. Alors qu'on devrait plutôt tenter de relancer l'économie canadienne qui tourne au ralenti, le gouvernement Harper semble bien décidé à monter sur le podium de l'austérité en n'annonçant que 0,25 % du budget global du pays en nouvelles mesures !
Un saut vers les élections?
Toutes ces restrictions budgétaires ne serviront-elles qu'à établir des surplus pour l'année électorale qui approche à grands pas ? Les changements que Stephen Harper veut apporter à la Loi électorale et aux pouvoirs du DGE du Canada renforcent cette thèse. C'est en quelque sorte le lancer du marteau pour la démolition de grands pans de notre démocratie !
Pour arriver à ce tour de force, le gouvernement Harper continue de faire la sourde oreille face aux demandes répétées des provinces pour qu'il rétablisse les transferts en santé et en matière de services sociaux.
Pour le Québec seulement, ces modifications unilatérales d'Ottawa entraînent un manque à gagner de plus de 2,5 milliards de dollars ! Cette décision unilatérale du gouvernement Harper prive la population de services essentiels, tout cela au nom d'une idéologie rétrograde qui accroît les inégalités!
Quelle place sur le podium?
Heureusement, dans ces olympiades, ce sont les juges qui décideront de la place finale qu'occupera M. Harper sur le podium. Ne nous laissons pas impressionner par le patinage artistique du premier ministre conservateur! Aux élections de 2015, il faudra juger des effets des politiques de son gouvernement et à ce sujet, il serait étonnant qu'il se qualifie pour une place sur le podium !
Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec