Le Soleil
Le premier ministre François Legault et le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Benoît Charrette lors de la présentation du Plan pour une économie verte 2030 le 16 novembre.
Le premier ministre François Legault et le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Benoît Charrette lors de la présentation du Plan pour une économie verte 2030 le 16 novembre.

Les gestes individuels ne suffisent pas

Marc Brullemans, Ph.D. Biophysique
Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste et les enjeux énergétiques, membre de GMob
Jacques Benoit, D.E.S.S. D.É.C
Membre de GMob
DES UNIVERSITAIRES / (2 de 15) En conférence de presse, le 16 novembre dernier, le premier ministre François Legault et son ministre de l’Environnement et de la lutte aux changements climatiques étaient tout sourire : ils présentaient leur Plan pour une économie verte 2030, où le Québec tenait le rôle de chef de file pour son peu d’émissions de GES par habitant «particulièrement en comparaison avec les juridictions auxquelles [le Québec] se compare habituellement».