Les brise-glaces du Saint-Laurent et du Saguenay

Lettre au ministre Jean-Yves Duclos

Tout le monde se demande au Québec pourquoi le Chantier maritime de Lévis est toujours à deux cheveux de mettre son personnel au chômage, alors qu’il s’agit du plus grand chantier maritime du Canada. L’ex-alter ego de Pierre Trudeau, Marc Lalonde, avait demandé aux chantiers maritimes du Québec : faites une rationalisation et le Québec aura sa part de contrats.

Pour le moment, seuls les chantiers Irving de Halifax et Seaspan en Colombie-Britannique ont des contrats pour des dizaines de milliards, ils enregistrent de sérieux retards et les prix ont explosé, sans compter de nombreux problèmes techniques sur les travaux réalisés.

J’imagine que vous avez aussi pris connaissance du message très clair des capitaines des brise-glaces du Saint-Laurent et du Saguenay. Ils préviennent que leurs bateaux sont rendus à leur fin de vie utile et que si ces cours d’eau devaient connaître un couvert de glace complet à cause du froid, les ports de Montréal, Québec et Trois-Rivières seraient totalement paralysés. Douze mille cinq cents emplois seraient alors menacés.

Si jamais une telle situation se produisait, vous pouvez compter sur Donald Trump pour inviter les armateurs présents à Montréal à venir s’installer dans les ports de la côte Est des É.-U. Les capitaines n’ont pas prévenu les autorités par insatisfaction, mais par sens des responsabilités. La construction d’un nouveau brise-glaces prend cinq ans et coûte environ 550 M$ l’unité. Et tous sont à remplacer. Ils ne peuvent pas être réparés.

Si vous prenez le temps de valider avec Rio Tinto à Saguenay, les dirigeants vous feront connaître leur inquiétude parce que par le passé, un de leurs navires transportant de la bauxite au port de Saguenay avait dû attendre quelques heures parce que le brise-glace n’arrivait pas à faire son travail. La grande question qu’il faut se poser : est-ce que le Canada pourrait acheter des brise-glaces des pays nordiques de l’Europe si la situation l’impose?

André Mainguy, Longueuil