L’envers de la médaille

«En réaction à la chronique «Besoin de 52000 chauffeurs de camion au Québec?» du journaliste Jean-François Cliche parue le 28 février.»

Moins de chauffeurs donc moins de camions sur les routes et réduction par conséquent des émissions de gaz à effet de serre. Pas une si mauvaise nouvelle après tout!

La pénurie de main-d’oeuvre «dans tous les secteurs» dont se désole tant sur toutes les tribunes le maire de Québec Régis Labeaume, je n’y crois pas tellement. Ce que j’entends régulièrement, c’est la plus grande difficulté de recruter des travailleurs pour des emplois peu qualifiés, ingrats et mal payés, par exemple en restauration, hôtellerie, en CHSLD ou en usine... D’où une bonification possible des tâches et des salaires reliés à ces «jobs» afin d’attirer une main-d’oeuvre qui devient de plus en plus sélective puisqu’elle profite désormais d’une offre d’emplois plus abondante et diversifiée. En somme, plutôt de bonnes nouvelles pour certains travailleurs!

Quant à la décroissance économique que redoute tant le maire de Québec, un développeur acharné, ne va-t-elle pas justement dans le sens de toutes les recommandations des experts en environnement qui prévoient un désastre climatique à relativement brève échéance si les Terriens ne freinent pas leurs appétits et ambitions démesurés de croissance et de développement économique qui causent tant de dégâts à la planète, exploitant sauvagement ses ressources naturelles, la polluant sans remords, menaçant impitoyablement la survie de sa flore et de sa faune et éventuellement du genre humain si l’on refuse de revoir très vite tous ces comportements des plus ravageurs?