Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Le vrai visage du maire Lehouillier

POINT DE VUE / Courroucé par les multiples oppositions au projet de troisième lien dans l’est, le maire Lehouillier a récemment déclaré à propos de celui-ci : «Les automobiles sont roi et maître.» Sous d’autres cieux, on réclamerait sa démission pour une déclaration aussi irresponsable. Mais déjà, depuis son rejet fracassant de l’ancien projet de trambus du maire Labeaume, on se doutait bien que le maire de Lévis ne voyait pas le transport en commun comme une solution à la congestion.

Maintenant, le chat est sorti du sac: le projet de troisième lien à l’est, dont il se fait le porte-étendard, n’a pas pour but de régler l’engorgement des ponts, mais bien de plaire à la majorité de ses citoyens qui n’ont pas à les emprunter quotidiennement. Comment pouvait-il en être autrement, puisque les études du ministère des Transports révèlent que la vaste majorité de la circulation de transit sur les ponts provient de travailleurs résidant dans l’ouest des deux rives ?

Le maire Lehouillier a d’ailleurs pris soin de préciser que le troisième lien constituait un «enjeu national», question de bien faire comprendre à ses citoyens qu’ils n’auraient pas un seul sou à débourser. Mais le plus navrant dans cette histoire, c’est que le gouvernement se prête au jeu du maire Lehouillier, quitte à investir des milliards de dollars dans un projet qui ne règlerait qu’à la marge la congestion sur les ponts. Pire encore, on déferait d’une main ce que l’autre main est en train de bâtir à coup de milliards de dollars. 

En effet, le futur réseau de transport de la Capitale, qui a été élaboré par des ingénieurs et des experts en urbanisme, repose sur le constat que le transport collectif est la solution pour une mobilité durable. Or, de l’avis de ces experts, un troisième lien à la pointe de l’Île d’Orléans servirait essentiellement à la circulation automobile et ne ferait qu’accroître l’étalement urbain. Et l’on ose nous présenter des croquis de ce troisième lien doté d’un tramway, alors que celui-ci ne desservira même pas le secteur de Beauport! 

En ces temps de crise environnementale planétaire, on est en droit de douter fortement de la légitimité d’un tel projet; un projet autrement plus sensé et cohérent serait un tramway sous-fluvial qui relierait le centre et l’ouest de Lévis au réseau de transport de la Capitale. L’intérêt public exige que l’on fasse fi du discours démagogique du maire Lehouillier.