Le transport adapté, une véritable nécessité

Lettre à Monsieur Robert Poëti, ministre des Transports
Monsieur le ministre,
Nous, le RUTA du Sherbrooke métropolitain, avons écouté avec attention vos propos lors de l'Étude des crédits du ministère des Transports et de l'Environnement. Des fonctionnaires vous ont informé que le déficit serait comblé à votre demande, qu'on avait trouvé du financement pour assurer le même budget en transport adapté qu'en 2013 et qu'il y aurait un redressement dans d'autres programmes de financement pour l'adaptation de véhicules aux personnes handicapées en fauteuil roulant. Vous avez semblé satisfait qu'on puisse réajuster le financement et vous avez même ajouté que s'il fallait trouver quelque cent mille dollars ou même un million de plus, vous le feriez, en utilisant des fonds non utilisés. Vous y veillez. Nous vous remercions de votre considération pour les usagers du transport adapté.
Vous avez augmenté le financement pour le transport « collectif », or le transport adapté est aussi un transport « collectif ». Vous avez parlé d'une augmentation de financement sur cinq ans pour le transport collectif, également en région, et nous vous en félicitons.
Pour ce qui est du transport adapté, le nouveau décret 2014 pour son financement, adopté le 6 février dernier, spécifiait qu'à la différence de celui de 2013, il y aurait une indexation de 2 % par rapport au budget de 2013. Nous vous demandons de trouver d'autres fonds, car ce 2 % ne ferait que payer soit une partie de la hausse des salaires des chauffeurs, répartiteurs et mécaniciens au transport adapté, soit une partie de la hausse de l'essence, soit la hausse de l'achalandage liée à une plus grande intégration des personnes handicapées et au vieillissement de la population.
Aussi, il faudrait rétablir un Programme-cadre d'au moins trois ans lié au transport adapté, un Programme triennal, car il y a plusieurs contrats associés à ce type de transport, entre autres pour de la sous-traitance. Le transport adapté est un transport collectif, « adapté » à une clientèle incapable de prendre des transports réguliers, parfois même le plus accessible sur le plan fonctionnel. Vous n'êtes pas sans savoir que le « porte-à-porte » du transport adapté n'est pas un privilège, mais une caractéristique importante du transport adapté pour assurer la sécurité des usagers (personnes handicapées motrices, intellectuelles et visuelles).
Nous nous savons « épargnés » en matière de transport, Monsieur le Ministre, en cette période de coupures : embauche de nouveaux ingénieurs pour garder l'expertise au MTQ et contrer les risques de collusion et de corruption; rehaussement des budgets pour le transport collectif, ajustements quant au transport adapté.
Nous vous demandons toutefois de compléter les ajustements quant au transport adapté en rehaussant davantage son financement, qui est aussi un transport « collectif ». L'année 2013 a été éprouvante pour des transporteurs qui ont dû couper dans certains services, malgré que certaines lois qui obligent une desserte équitable et qui répondent aux besoins des personnes handicapées pour éviter qu'elles ne soient « discriminées » à cause de leur handicap. Vous connaissez la Charte des droits et libertés du Québec, le RUTASM de Sherbrooke l'a utilisée dans le passé pour faire reconnaître le droit des personnes handicapées à un transport accessible, et au même coût que le transport régulier. Nous continuerons à intervenir auprès de notre Société de transport pour une meilleure tarification du transport adapté et régulier, mais encore faut-il qu'elle possède un budget nécessaire et stable pour pouvoir ajuster ses tarifs de façon équitable pour tous ses usagers.
Merci de votre ouverture quant au transport adapté, et nous espérons que d'autres fonds viendront assurer la continuation de l'intégration des personnes handicapées à la société.
Raymond Duquette, président du Regroupement des usagers du transport adapté du Sherbrooke métropolitain (RUTASM)
France Croteau, coordonnatrice, Sherbrooke