À Montréal, par exemple, de 3000 à 4000 personnes en fauteuil roulant bénéficient chaque jour de services de transport adapté grâce aux permis restreints de taxi, souligne l'auteur.

Le transport adapté par taxi doit être préservé

Le très récent consortium de quelques compagnies de taxi, soutenu par M. Alexandre Taillefer, se targuant à tort de représenter l'industrie du taxi «unifiée», a récemment fait la démonstration que ses membres s'y connaissent très mal en ce qui a trait au service de transport adapté. En effet, leur proposition d'abolir les permis restreints pour le transport adapté démontre un manque flagrant de compétence dans ce domaine particulier et une incompréhension totale des impacts que cela pourrait avoir sur ce type de service.
Chaque jour, de 3 000 à 4 000 personnes en fauteuil roulant bénéficient de services de transport adapté grâce aux permis restreints de taxi à Montréal. Cela représente 85 % de l'ensemble des services de transport adapté. Abolissez les permis restreints du jour au lendemain et ce sont des hôpitaux et des municipalités qui se retrouvent avec un bris de service majeur. Des milliers de personnes se retrouveraient incapables de se déplacer pour se rendre à un rendez-vous médical ou tout simplement pour rentrer chez eux. Une telle proposition reflète une absence d'une sensibilité pour la clientèle vulnérable des services de transport adapté. M. Taillefer et certaines des compagnies qui le suivent ont eux-mêmes acquis des permis restreints. Nous ne comprenons donc pas les motifs de leur démarche.
La modernisation de l'industrie du taxi ne doit pas se faire au détriment du transport adapté et des gens qui en ont besoin quotidiennement. Les permis restreints doivent absolument être renouvelés, avec des conditions à redéfinir, car ils sont à la base d'un service essentiel. C'est un secteur d'activités qui est en évolution et il est primordial que chaque geste posé soit le résultat de décisions basées sur une connaissance profonde de ses réalités. 
Le réseau de la santé et les services municipaux ne peuvent tout simplement pas se permettre de perdre le service essentiel qu'est le transport adapté; les permis restreints doivent être maintenus.
Yung Cuong, président, Taxi Para-Adapté