«Les gouvernements ne doivent pas céder à la tentation de se servir de la situation d’urgence sanitaire et de la concentration des pouvoirs dans les mains de l’exécutif pour imposer des mesures liberticides sans débat public, aux dépens des exigences d’un système démocratique», pensent les signataires de la Ligue des droits et libertés.
«Les gouvernements ne doivent pas céder à la tentation de se servir de la situation d’urgence sanitaire et de la concentration des pouvoirs dans les mains de l’exécutif pour imposer des mesures liberticides sans débat public, aux dépens des exigences d’un système démocratique», pensent les signataires de la Ligue des droits et libertés.

Le traçage numérique n’est pas un remède à la crise de santé publique

La Ligue des droits et libertés, 1588 individus et 86 organisations
La Ligue des droits et libertés, 1588 individus et 86 organisations
POINT DE VUE / Dans le contexte du climat d’urgence qui prévaut actuellement, les gouvernements du Québec et du Canada envisagent la mise en œuvre d’un dispositif de suivi des contacts des individus sur la base des données de localisation ou via la technologie bluetooth de leur téléphone cellulaire. L’objectif est de retracer toutes les personnes qui ont été à proximité physique d’une personne ayant contracté la COVID-19, que ce soit au travail, dans un commerce ou dans un lieu public.