La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault

Le Québec doit miser sur la francophonie économique

Il est très rafraichissant d’entendre la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, sur les orientations du gouvernement Legault concernant le rôle plus économique des délégations du Québec à l’étranger.

Lors de son allocution récente devant les membres du Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM) et rapportée dans Le Soleil du 22 février, la ministre a insisté sur l’importance de «réaliser le plein potentiel du Québec dans le monde c’est, aujourd’hui, prendre un virage plus économique».

Il s’agit d’une volonté qui permettra aux entreprises québécoises d’explorer davantage de nouveaux marchés, le tout avec un soutien bonifié des délégations du Québec. Parmi les marchés les plus prometteurs, il y a celui de la francophonie mondiale. Outre la langue, les facteurs culturels et sociétaux, le Québec possède un côté nord-américain qui fait notre singularité dans l’univers francophone. Lorsque l’on parle de la francophonie, il faut évidement penser à la France comme porte d’entrée du marché européen qui compte plus de 500 millions d’habitants et de l’Afrique avec ses 1,2 milliard d’habitants. L’Afrique est souvent considéré comme ayant un des plus grands potentiels de croissance économique pour les prochaines décennies.

La volonté de la ministre représente une opportunité exceptionnelle pour élaborer une stratégie orientée sur la francophonie facilitant les accès aux marchés francophones en Europe et en Afrique via la dizaine de délégations présentes sur ces deux continents. Les entreprises québécoises sont perçues à l’étranger, et particulièrement en France, comme innovatrices et performantes. Par contre, l’absence en permanence des PME québécoises dans les réseaux d’affaires de la francophonie représente un enjeu majeur pour le développement de relations d’affaires pérennes. Si le gouvernement Legault souhaite doubler les échanges économiques entre la France et le Québec, tel qu’évoqué par le premier ministre en janvier lors de son passage en France, il faudra revoir en profondeur les façons de faire afin d’optimiser les exportations des PME québécoises dans l’Hexagone.