Le Port de Québec: un bon citoyen?

Nous apprenions, le 12 juillet, que le Port avait engagé des dépenses de l’ordre de 2,5 millions $ dans les causes de recours collectifs intentés par des citoyens à l’encontre du Port en raison d’épisodes de pollution (poussière rouge, etc.).

Le Port se présente, dans son discours, comme un bon citoyen corporatiste, soucieux du fait que ses actions doivent avoir un caractère d’acceptabilité sociale. Le Port se dit également soucieux de la bonne entente avec les citoyens résidant dans les quartiers environnants de son territoire.

Devant la nouvelle de ces dépenses importantes pour se défendre dans ces causes de recours collectifs, on ne peut que se demander comment le Port peut concilier son discours avec la réalité de ses pratiques. On peut également s’interroger sur le sens à accorder au discours du Port:  si celui-ci avait des fondements réels, est-ce que les choses persisteraient ainsi? 

Quel est l’objectif visé par le Port en adoptant un tel discours? Dire aux citoyens que le Port tient compte des intérêts des citoyens, mais investir 2,5 millions $ d’argent public (avocats, experts) pour se défendre contre des citoyens qui voient les menaces à la santé publique et à la qualité de vie dans les quartiers affectés.

Nicole Moreau, Québec