Le chef de la CAQ François Legault

Le mirage constitutionnel de la CAQ

La CAQ présente un nouveau programme nationaliste qui a pour but de séduire les fédéralistes mous et les indépendantistes déçus. Elle tente de se faufiler entre un gouvernement Couillard qui a peine à s'affirmer, épousant un fédéralisme inconditionnel et une opposition officielle indépendantiste qui fait peur même avec un PKP rassurant qui provient du monde des affaires. Le parti de Legault désire rapatrier des pouvoirs liés à la culture et à l'identité. Quant à lui, le PQ veut obtenir tous les pouvoirs d'un pays souverain. Cependant, les Québécois ont peine à surmonter cette crainte viscérale que les fédéralistes leur distillent à petites doses quotidiennes. Ils paniquent devant cette porte de liberté que leur offrirait l'indépendance. Même la clé référendaire de cette porte leur brûle les mains.
De leur côté, les caquistes offrent un leurre constitutionnel. Ils savent très bien que le Canada anglais a toujours refusé toute différenciation d'un Québec dans le Canada. L'opposition du ROC n'est pas conjoncturelle, mais plutôt structurelle. Rappelons-nous les années 60 et la demande d'un statut particulier pour le Québec, les années de Robert Bourrassa et sa souveraineté culturelle, et enfin la société distincte de Meech; chaque fois, le Non l'a emporté...
C'est à cause de cette impuissance que sont nés les partis souverainistes. François Legault devrait s'en souvenir avant de se retrouver bafoué devant un refus de changement constitutionnel, entraînant avec lui tous ces Québécois qui auront cru à ce mirage.
Marcel Perron
Neuville