Le premier ministre François Legault portant un masque du Canadien de Montréal.
Le premier ministre François Legault portant un masque du Canadien de Montréal.

Le masque-logo

POINT DE VUE / Loin de moi l’idée de critiquer le port du couvre-visage dans les espaces publics puisque cette mesure constitue un apport important pour lutter contre la pandémie qui nous assaille. On remarque cependant que le masque est devenu un objet de marketing de la part de certaines entreprises pour mousser leur image de marque. 

En ce sens, la promotion du masque-logo du Canadien de Montréal effectuée conjointement par Marc Bergevin, directeur général du club, et le premier ministre François Legault en est exemple frappant.

En cette période pandémique, les entreprises ont dû adapter leur publicité pour la transformer en un message sociétal. Au lieu de promouvoir leurs produits, ces dernières utilisent ce contexte pour se positionner dans le concert des manifestations de reconnaissance et de remerciements envers ceux et celles qui sont en première ligne du combat contre la COVID-19. 

En associant leur image à ces personnes, ces entreprises espèrent que cela provoquera des retombées positives auprès des consommateurs qui auront tendance à acheter leurs produits. De même, en publicisant des dons de toutes sortes offerts aux personnes vulnérables, certaines entreprises ne veulent-elles pas projeter une image de bons citoyens corporatifs, impliqués dans le soutien humanitaire de leur communauté?

Si ces manifestations sont bien présentes, il ne faut pas oublier pour autant que certaines initiatives d’entreprises ne répondent pas toujours à des buts mercantiles. Cependant, la tentation est souvent forte de relier de tels comportements, qui apparaissent altruistes, à des campagnes de promotion visant à assurer une visibilité positive. En ce sens, le masque-logo ne cache-t-il pas quelque chose d’autre que le visage ?