Le manque de spécialistes à Thetford nous coûte cher

En réaction à la chronique de Mylène Moisan, «Des frais accessoires à l'hôpital», parue le 19 juillet
Je lis toujours votre chronique avec beaucoup d'intérêt. J'ai été particulièrement intéressé par celle-ci.
Je suis d'accord avec vous que les frais accessoires devraient être abolis. Les frais de transport, d'hébergement et les repas devraient n'ont rien d'accessoire, ils sont essentiels pour avoir accès aux mêmes services de santé partout dans la province.
Voici deux tout petits exemples. Je demeure à Thetford Mines. C'est à 100 km de Québec. C'est la même distance qu'entre Saint-Georges et Québec. Il n'y a pas d'autoroute, cependant, car M. Dutil ne demeure pas à Thetford. Le gouvernement considère Thetford comme une région éloignée «Territoire 1». 
Le Manuel des spécialistes, mise à jour no 95, de décembre 2016 donne une prime d'éloignement de 7 % seulement aux médecins spécialistes qui s'établissent à Thetford. En conséquence, certaines spécialités n'existent pas ou sont insuffisantes à Thetford.
Pas d'ophtalmologue. Anecdote : ma conjointe souffre de glaucome héréditaire qui peut engendrer la cécité s'il n'est pas traité. Depuis au moins 15 ans, nous nous rendons à Lévis tous les six mois pour consulter un ophtalmologue. Comme il y a un examen qui exige la dilatation des pupilles, ma conjointe ne peut pas conduire l'auto au retour à la maison.
Coûts à chaque 6 mois :
- 120 km aller et retour, soit 240 km, à 0,15 $ du km
- deux repas au restaurant
- une journée de travail de perdue
Cette année, au moins, nous n'avons pas payé de frais accessoires de 60 $ pour les gouttes utilisées.
Pas de dermatologue non plus. Autre anecdote : mon père de 88 ans a fait une dermatite sévère sur tout le corps. Il ne dormait pas depuis cinq jours. À l'urgence de Thetford, l'urgentologue, une femme très compétente et dévouée, apprend en même temps que nous que l'hôpital de Thetford n'a pas d'entente avec aucun dermatologue. L'urgentologue ne pouvait pas consulter pour avoir de l'aide à identifier le problème. Elle a cherché elle-même les dermatologues de Lévis et de Québec. 
Elle a contacté elle-même les spécialistes pour obtenir un rendez-vous dans les plus brefs délais, compte tenu de la baisse de l'état général de mon père. Nous étions un vendredi et elle a obtenu un rendez-vous le lundi matin suivant à l'Hôtel-Dieu de Québec.
Le lundi, dès que la dermatologue a vu mon père, elle a rédigé une prescription pour traiter le problème. Elle a diagnostiqué une urticaire de déshydratation. Nous sommes restés 10 minutes dans le bureau. Et le problème fut réglé.
Coûts : 220 km à 0,15 $ du km
Il n'y a pas suffisamment de radiologistes non plus. Lundi, ma mère de 86 ans rencontre son médecin de famille pour une douleur à l'épaule. Le médecin diagnostique une capsulite de l'épaule avec adhérence. Il prescrit une infiltration distensive. Cette intervention doit se faire sous radiographie. À l'hôpital de Thetford, le temps d'attente pour avoir un rendez-vous en radiologie est de un an. Le médecin dit à ma mère que ce long délai aggravera l'état de l'épaule et entraînera une longue convalescence avec physiothérapie. 
Pour éviter ces problèmes, il suggère que nous allions dans une clinique privée de Québec. Le rendez-vous le plus près que je devrais obtenir d'ici vendredi est pour la première semaine d'août. Cependant, les cardiologues ont déconseillé à ma mère les voyages en auto de plus de 30 minutes, car ça pourrait lui coûter la vie.
Coûts : 
- 220 km, à 0,15 $ du km
- risque de perdre la vie
Je conclurai par la même phrase que vous dans votre article. «À suivre.»
Jean Lafrance, Thetford Mines