Le projet des Villas du Mont-Tourbillon

Le copinage est à la mode

Je réfléchis depuis le 11 juin dernier... depuis que j’ai regardé ce reportage d’Alexis Tremblay à TVA au sujet d’un éventuel projet de construction au Mont-Tourbillon, à Lac-Beauport.

Il nous révélait un document «secret» aux relents de connivence entre un maire et un demandeur de dérogation auprès de la municipalité. Comment de tels renseignements peuvent sortir soudainement, après que des citoyens ont exprimé des inquiétudes... des inquiétudes sur la protection de leur environnement et de leur milieu de vie. Ils n’avaient jusqu’alors aucun soupçon sur la bonne foi de leurs élus. Le code d’éthique, le souci de transparence, la déontologie, la franchise, les intérêts de tous, c’est pour qui? Nos élus municipaux y sont tenus, non?

J’avais lu dans Le Soleil des articles parlant de la grogne des citoyens : capacité limitée de la nappe phréatique dans ce secteur sans aqueduc, hausse incontestablement prévisible de la circulation dans ce milieu calme et paisible... Ces derniers ont même déposé une pétition éloquente contre ce projet. Plus de 200 noms, ont-ils indiqué, lors de la séance du conseil du 4 juin.

LIRE AUSSI : Les Villas Mont-Tourbillon: un projet qui dérange

Je comprends leur cause. Et je les soutiens. Mais là, ça va plus loin : le 11 juin dernier, on a soulevé l’apparence de conflit d’intérêts entre le maire de la municipalité, M. Michel Beaulieu, et le propriétaire des terrains, M. Michel Noël, apparence confirmée par un spécialiste du droit, neutre et objectif. On ne parle pas juste de soupçons ou d’allégations : le journaliste présente un avis juridique bien réel démontrant les intérêts des deux associés pour le développement dans le secteur. En effet, le journaliste explique que les deux amis et partenaires d’affaires ont demandé un avis juridique en 2015 pour savoir si le zonage pouvait être modifié afin d’accueillir, sur le terrain de golf, le projet de blocs appartements de M. Noël.

Ça se corse! Ce document a été évoqué lors de la séance du conseil du 4 juin, nous dit-on. Étonnamment, le maire ne semblait pas au courant de son existence... À une époque où la transparence a bien meilleur goût, comment le maire pouvait-il ignorer l’existence de ce document? Son nom y figure pourtant bel et bien, à titre de codemandeur avec M. Noël...

Plus ça avance, plus ce projet soulève des questions. À qui profiterait-il? Aux résidents ou aux promoteurs? Où est le besoin pour un projet immobilier de 72 unités dans un secteur si fragile? Quels sont les avantages pour la population? Et pour les acheteurs? La nappe phréatique étant limitée, que feront les promoteurs et la municipalité quand les acheteurs — et les citoyens — se plaindront de manquer d’eau?

La population du secteur du Mont-Tourbillon, et celle de Lac-Beauport, en conséquence, se trouve donc devant un potentiel double manquement : à la protection de l’environnement et de leur milieu de vie d’une part, et à l’éthique, à la transparence et à la bonne foi de ses élus d’autre part. Un promoteur souhaite acheter le terrain de M. Noël pour y construire des blocs.

M. Noël et M. Beaulieu ont demandé un avis juridique en 2015 pour vérifier la possibilité de modification de zonage dans ce secteur pour un tel projet. M. Beaulieu est maintenant maire, et responsable de l’acceptation des demandes de modification de zonage qui sont nécessaires à la réalisation du projet... Je trouve ces liens un peu trop étroits à mon goût. Je ne veux pas de ce genre d’entourloupe dans ma ville.

Les préoccupations et le bien-être des citoyens doivent être pris en compte. Un maire de bonne foi est élu pour protéger l’intérêt de tous ses citoyens, pas ceux de ses amis ou partenaires d’affaires.

Jean BernierQuébec