«La généralisation du télétravail, comme du port du masque, est un horizon bien peu enviable», écrit Camille Bilcot, sourd oraliste.
«La généralisation du télétravail, comme du port du masque, est un horizon bien peu enviable», écrit Camille Bilcot, sourd oraliste.

Le confinement aigu d’une personne sourde

Camille Bilcot
Camille Bilcot
Stagiaire au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal
POINT DE VUE / Depuis le 12 mars, mon stage est marqué par une profonde distanciation sociale. Chez moi, derrière mon écran d’ordinateur, j’ai du mal à m’impliquer dans les conversations en ligne avec mes collègues, dont j’ai besoin de lire les lèvres pour comprendre les mots. Pour les sourds oralistes comme moi, la généralisation du télétravail, comme du port du masque, est un horizon bien peu enviable.