Ludivine Reding interprète Fanny dans la série Fugueuse.

Le «choix» de Fanny

«Elle s’appelle Fanny, elle vend son body»

Pour d’la money, oui elle se salit

Elle s’appelle Fanny, elle travaille avec Mélanie

Elle finit trahie, mais c’est elle qui l’a choisi 

Largement inspiré de la série Fugueuse, cette chanson est non seulement remplie de préjugés et de propos dégradants, mais elle laisse également présager que Fanny «choisit» de se prostituer.

De nombreux mythes et préjugés sont véhiculés sur les filles et les femmes dans ce milieu. Le résultat ? Elles gardent le silence pour éviter justement qu’on leur dise que les violences subies étaient leur choix. Cette chanson ne fait que banaliser la problématique. Les médias qui choisissent d’en faire la promotion aussi.

Parlons donc de ce «choix»…

Est-on libre d’agir lorsqu’on ne connaît pas toutes les modalités de l’offre? Que des facteurs influencent notre prise de décision, tels que les stratégies de manipulation des proxénètes, la vulnérabilité, le niveau de développement et le statut de la personne au moment de ladite décision.

La manipulation est le concept central de l’entrée dans la prostitution. L’amour, la consommation, l’argent sont des outils utilisés par les proxénètes pour arriver à leur fin. Les filles et les femmes qui se font recruter subiront, presque inévitablement de la violence physique, psychologique et sexuelle. Nous devrions donc plutôt parler ici d’un manque de choix.

Au-delà des conséquences désastreuses vécues par les filles et les femmes dans ce milieu, il n’existe aucun témoignage intitulé «mes belles années dans la prostitution» où ces personnes racontent qu’avoir une multitude d’actes sexuels chaque jour avec des inconnus qu’ils n’ont pas choisi, qui sont loin de ressembler à Brad Pitt et loin d’avoir la douceur de Calinours était un «choix» intéressant.

Mettons la lumière sur les comportements des proxénètes, sur les gens qui facilitent l’entrée des jeunes filles dans le milieu, aidons ces filles et ses femmes à trouver des ressources et non l’inverse.

Voici donc une proposition:

Elle s’appelle Fanny, on l’oblige à vendre son body

Pour que son Pimp ait d’la money, oui elle est salie

Elle s’appelle Fanny, on exploite aussi Mélanie

Elle finit trahie, parce que c’est pas ce qu’on lui avait dit...

L’équipe du Calacs Agression Estrie