Une maquette numérique montrant l'éventuel secteur de chargement de trains au Port de Québec.
Une maquette numérique montrant l'éventuel secteur de chargement de trains au Port de Québec.

Laurentia: pour la création d’une coalition d’opposition citoyenne non partisane

Jean Rousseau
Jean Rousseau
Chef de Démocratie Québec (DQ)
POINT DE VUE / Malgré la dissidence de deux conseillères d’Équipe Labeaume et au mépris de la santé de ses concitoyens, le maire de Québec continue d’appuyer le projet Laurentia du Port de Québec. Comment peut-il ignorer les conclusions de l’Agence d’évaluation des impacts du Canada qui conclut que le projet d’agrandissement du Port «entraînerait des effets environnementaux résiduels négatifs importants directs et cumulatifs, notamment sur la qualité de l’air et la santé humaine»?

Rappelons que le projet Laurentia implique le déchargement de plus de 700 000 conteneurs par année qui devront tous circuler par camion et par train dans le quartier Limoilou! 

Chaque semaine, au moins un navire supercargo déchargera plus de 12 000 conteneurs près d’un milieu habité. Selon l’Agence environnementale fédérale, les émissions de matières polluantes dans les quartiers limitrophes du Port sont à la limite de celles recommandées par les normes canadiennes de santé publique en raison de la saturation du potentiel d’activité industrielle qui s’y déroule. En ajoutant des trains de conteneurs et des milliers de camions qui circuleront six jours par semaine à chaque semaine dans le quartier Maizerets, le maire de Québec vient miner la qualité de vie et la santé des citoyens de ce quartier.

Je demande à M. Jean-Yves Duclos, le ministre fédéral responsable de la région de Québec, d’être sensible à cette réalité et cohérent avec les objectifs que s’est donné son gouvernement en matière de protection de l’environnement et de lutte contre les changements climatiques. Le Ministre doit s’opposer fermement au projet Laurentia du Port de Québec. 

J’invite tous ceux et celles qui croient en l’importance d’unir les opposants au projet polluant du Port de Québec à se joindre à une coalition citoyenne non partisane. Pour ma part, j’invite mes deux collègues conseillères municipales dissidentes de la position d’Équipe Labeaume sur ce projet, les trois élus de Québec 21, ainsi que mes deux collègues conseillers indépendants à unir leur voix contre le projet Laurentia. Pensons à la santé de nos concitoyens avant les intérêts privés corporatistes du Port.

À LIRE AUSSI Projet Laurentia: «des effets négatifs importants», dit l’agence environnementale du Canada