Plusieurs perquisitions réalisées par les policiers ont permis de saisir plus de 110 000 cigarettes de contrebande à Granby.

L'art d'encourager la contrebande du tabac

Alors que la lutte contre la contrebande du tabac commence à donner des résultats, tant au Québec qu'ailleurs au Canada, le gouvernement fédéral impose, dans son dernier budget, une taxe additionnelle de 50 cents par paquet de cigarettes (4 dollars par cartouche), ce qui pourrait avoir pour effet de faciliter la contrebande.
Alors que la lutte contre la contrebande du tabac commence à donner des résultats, tant au Québec qu'ailleurs au Canada, le gouvernement fédéral impose, dans son dernier budget, une taxe additionnelle de 50 cents par paquet de cigarettes (4 dollars par cartouche), ce qui pourrait avoir pour effet de faciliter la contrebande.
Au Québec, le prix d'une cartouche de 200 cigarettes se vend environ 81$ depuis le 12 février 2014. Or, on peut facilement acheter un «baggie» de 200 cigarettes illégales à un prix variant de 15$ à 20$. La différence est énorme et toute augmentation de taxe rend encore plus attrayante la cigarette de contrebande.
Les personnes qui sont les plus sensibles au prix des cigarettes sont les jeunes et les personnes à faible revenu: les campagnes contre le tabagisme ciblent précisément ces deux groupes de personnes. Or, l'accès au tabac à moindre prix mine ces campagnes de sensibilisation. Un moyen efficace de lutter contre le tabagisme, surtout chez les jeunes, consiste à intensifier la lutte contre la contrebande des produits du tabac.
Nous saluons la décision du gouvernement fédéral d'accorder 91,7 M$ de crédits additionnels à la GRC afin qu'elle intensifie ses actions contre la contrebande du tabac. Mais tout en donnant avec la main droite, le gouvernement nuit avec la main gauche aux efforts de la police par des taxes qui rendent les cigarettes de contrebande encore plus attirantes.
Dans la préparation de son budget, le ministre des Finances du Québec ne doit pas imiter son homologue fédéral. On sait que le gouvernement du Québec cherche intensément à accroître ses revenus. Mais, on peut douter qu'une nouvelle hausse de la taxe sur les produits du tabac générerait des revenus additionnels dans les coffres de l'État. On risque fort d'assister à une augmentation des ventes des cigarettes illégales, ce qui ne donne rien au gouvernement et nuit à la santé des fumeurs québécois. Aucun contrôle n'est en effet exercé sur la qualité des cigarettes de contrebande alors que l'industrie du tabac est soumise à plus de 200 règlements différents.
On voit ici qu'une bonne intention du gouvernement, en l'occurrence la lutte contre le tabagisme, le conduit à prendre des décisions qui, dans les faits, sont susceptibles de produire des effets inverses aux nobles objectifs recherchés.
Françoise Bertrand, présidente-directrice générale
Fédération des chambres de commerce du Québec