La vague d'appuis des lecteurs du Soleil continue

Depuis le début de la semaine, les lecteurs du Soleil ont été nombreux à témoigner leur attachement au quotidien de la capitale. Dans la salle de rédaction, une partie des mots d’appuis reçus ont été placés bien en vue en signe de soutien à l’équipe. Et l’arrivée des messages ne s’essouffle pas. En voici une nouvelle vague.

Je suis un lecteur assidu du journal Le Soleil depuis des décennies et abonné afin de soutenir votre travail. Je vous encourage à continuer à faire vivre ce journal extraordinaire qui me tient à cœur. Ce que j’ai apprécié des artisans du journal depuis que je le lis, c’est l’engagement à fournir une couverture de qualité des évènements qui nous touchent localement jusqu’à l’international, via les collaborations. Le choix éditorial a toujours été équilibré. La qualité du journal c’est aussi la mise en page, à la fois esthétique et pratique. J’apprécie aussi énormément le travail du caricaturiste de la maison. Pour moi, le débat sur la pertinence du rôle du caricaturiste dans les médias est clos avant même de s’ouvrir. André-Philippe Côté est un des grands de sa profession. Le Soleil pour moi est indissociablement lié à la perception que j’ai de ma ville : moderne, créative, dynamique, ouverte sur le monde. Le journal y contribue grandement par toutes ses initiatives. Je vous encourage à persévérer. Votre travail est irremplaçable. Je suis prêt à payer davantage pour maintenir le service que vous offrez. J’appuie toutes les initiatives qui seront mises en place pour assurer la survie de notre quotidien, celui que vous faites vivre si admirablement.
Bon courage!
Ronald Young

---

Je suis une fidèle lectrice de 87 ans et Le Soleil est apparu dans ma vie lorsque L’Action catholique a cessé de paraître. Je paie mon abonnement tous les ans et je suis extrêmement reconnaissante à mon camelot qui me le livre tôt le matin. Tous les jours, c'est avec la lecture du Soleil que je commence ma journée (je me garde une partie du MAG pour le dimanche matin). Merci et félicitations à toutes les personnes qui collaborent à la préparation de ce journal: vous êtes uniques: ne lâchez et ne nous lâchez pas !
Anne-Marie Nadeau

---

Quand j'étais petit, j'allais chercher Le Soleil pour mon père, il y avait deux éditions par jour. Depuis ces beaux moments, je suis resté un fervent lecteur de ce journal qui continue à m'informer jour après jour. J'ai maintenant 62 ans et j'espère lire mon Soleil jusqu'à ma mort. Je voudrais féliciter tous les journalistes de «mon» journal.
François Langevin

---

Nous sommes un couple de fidèles lecteurs de votre journal, format papier. Nous trouvons important de nous tenir informés quotidiennement. Nous apprécions la qualité des textes du Soleil, ainsi que la recherche qui est faite pour que ce ne soit pas seulement des titres et du contenu sensationnalistes, mais de vraies nouvelles, avec des sources fiables. Votre chroniqueur François Bourque a toujours une analyse globale qui fait valoir les différentes facettes du monde municipal, auxquelles je n'aurais pas nécessairement pensé.
Mylène Moisan et Marc Allard nous ramènent à l'essentiel de la vie. David Goudreault nous fait résonner les mots comme un poème. Ces artisans, et tous leurs collègues, contribuent à nous informer, nous divertir, à affuter notre sens critique. Nous apprécions énormément votre travail et souhaitons qu'on vous octroie les moyens de poursuivre votre oeuvre longtemps.
En cette ère numérique, nous apprécions quand même votre format papier: il est plus tangible, il éloigne nos yeux des écrans, nous nous rendons davantage au bout des articles qu'avec le format numérique. Sans compter que je leur donne une deuxième vie à mon travail: je suis infirmière dans un milieu d'hébergement et j'apporte mon journal de la veille pour stimuler cognitivement ma clientèle, pour les occuper et maintenir leur lien avec l'actualité. Merci pour votre bon travail!
Mylène Blais

---

Je viens de l’extérieur de la ville de Québec et jamais je n’avais lu Le Soleil auparavant. C’est, par hasard, en recevant la version mobile, que j’ai commencé à en faire la lecture et j’adore ça! Tous les jours, je regarde ce qui est fait. Avant, je lisais La Presse sur ma tablette. Bon courage à vous tous, car être dans l’incertitude, c’est déroutant! Pour ma part, Le Soleil est ma découverte de l’année 2019.
Josée Giguère

----

Je suis de tout cœur avec vous. J’espère qu’une solution à long terme sera trouvée dans les plus brefs délais pour que vous puissiez poursuivre votre excellent travail et ainsi continuer à nous informer de façon professionnelle et judicieuse. Merci pour le passé, le présent et l’avenir.
Lucie Vaillancourt

---

Je serais prête à payer pour continuer d’avoir l’info numérique dont je bénéficie présentement. Merci à vous tous les journalistes et personnel de soutien de tenir bon!
Jocelyne Cliche

---

On en a besoin à tous les jours du Soleil ! J'aime vous lire, vous le faites bien! Je vous souhaite longue vie!
Renée Patenaude

---

Je suis entièrement derrière vous, je suis abonnée à votre quotidien depuis une trentaine d’années et compte bien le demeurer tout autant! La possibilité que Le Devoir se joigne au Soleil me donne espoir: imaginez la qualité de l’information et de la réflexion! Tenez bon!
Anne Breton




Depuis que je suis enfant le Soleil fait partie de mon environnement. Je suis une abonnée et je ne peux m'imaginer ne pas recevoir mon quotidien. Je vous appuie dans votre lutte pour sa survie.
Lucie Caron

---

Nos gouvernements mettront-ils, un jour, leurs culottes en cessant d'annoncer dans les Facebook et autres médias électroniques étrangers tout en taxant et imposant ces médias?
Maurice Trempe

---

Je suis abonnée à la version papier depuis plus de 45 ans. Votre ėdition matinale accompagne mon café chaque jour. Ce serait un deuil... de vous perdre. Courage et poursuivez votre bon travail.
Ghislaine Prévost

---

Il demeure un fait indéniable: la qualité de son contenu n'a jamais failli depuis ses touts débuts! Que ses valeureux journalistes ainsi que toute l'équipe de rédaction puissent continuer d'informer, d'éclairer et de réchauffer le coeur et l'âme de la capitale! Longue vie au Soleil!
Marc Ste-Marie

---

Vous avez notre soutien dans les moments difficiles que vous traversez. Le Soleil, c'est notre journal. On vous fait confiance dans le traitement de la nouvelle parce que vos journalistes sont des professionnels de l'information et qu'on les sent proches de leur lectorat. Nous appuyons notre gouvernement pour toute l'aide qu'il apportera pour vous aider à assurer la continuité du journal. Nous sommes aussi prêts à payer plus cher pour notre copie du samedi (nous lisons les autres sur la tablette). Ne lâchez pas!
Suzanne Parent et Jean Rochette

---

Le Soleil fait partie de ma vie depuis mon enfance. D’aussi loin que je me souvienne, mes parents, même s’ils étaient peu instruits et de revenus modestes, ont été abonnés. Et je m’y suis abonnée quand j’ai quitté la maison.
J’y suis restée abonnée même si, plus particulièrement au cours des années où Gesca était le propriétaire, Le Soleil faisait preuve parfois d’un manque d’objectivité au regard des désirs d’indépendance et de souveraineté de plusieurs québécois. Selon mon point de vue, toutes les options politiques et sociales doivent être abordées avec la même objectivité. C’est le rôle des médias.
J’appréciais aussi ces dernières années d’y retrouver des textes provenant de journaux de votre réseau (Le Droit etc). Et que dire des pages de Jean-Simon Gagné ! C’est un plaisir à chaque fois ! Et Mylène Moisan nous faisant découvrir des gens «ordinaires» pas si «ordinaires» que cela. Et je pourrais en nommer plus : vos chroniques, et par le fait même leurs auteur(e)s, sur différents sujets, les dossiers de fond (par exemple, en fin de semaine, le prosélytisme dans le système de santé).
À la télé hier, on parlait de journaux «régionaux». J’ai toujours de la difficulté à entendre parler de Québec comme une région. C’est la capitale nationale! Bref, je suis heureuse ce matin de pouvoir encore vous lire et j’espère vous lire encore longtemps. Je vous assure de mon appui!
Diane Drouin

---

Longue vie au Soleil! Du plus loin que je me souvienne, mes parents sont abonnés au Soleil. Ma mère aura 96 ans dans quelques jours et son petit bonheur quotidien est la lecture du Soleil, elle le consulte pour les nouvelles, mais aussi pour faire Le mots croisés, la citation secrète et le sudoku, et que dire de la grille des mordus du samedi. Elle n’a pas pris le virage électronique, et je souhaite longue vie au Soleil pour qu’il continue de l’éclairer quotidiennement. C’est bien de pouvoir lire votre journal dans les lieux publics, à la bibliothèque, au restaurant et dans les salles d’attente que ce soit à l’hôpital ou au garage. Je n’imagine pas la vie sans Soleil. Salutations à toi Soleil et à tous tes employés!
Francine Juneau

---

Nous avons besoin du Soleil, tous les jours, toute l'année. J'appuie vos démarches pour que nos vies soient éclairées chaque jour.
Claire Guay

---

Le Soleil étant un journal de grande qualité, ceci mérite de le continuer et de se battre pour le garder.
Lucille Ruest

---

J’ai 53 ans et du plus loin que je me souvienne, je vois ma mère lire son Soleil assise à genoux sur sa chaise car à l’époque le journal était long et elle ne voulait rien manqué. Alors encore aujourd’hui, je suis une abonnée qui vous lit quotidiennement. C’est pourquoi, je serai capable de me prononcer publiquement et vous aider dans vos actions pour conserver Le Soleil.
Suzanne Lacombe

---

Mon père m'avait abonné au Soleil lorsque j'ai quitté la maison familiale et depuis, le Soleil me suit et je suit Le Soleil. De mes jeunes années à la maison familiale, comme camelot aussi et jusqu'à aujourd'hui et au-delà, Le Soleil me suivra et je l'appuierai!
Michel Leblanc

---

Je lis Le Soleil papier depuis mon enfance. J’ai 66 ans. Mon mari et moi sommes abonnés depuis 1976, soit 43 ans. Je serais très déçue et malheureuse si la publication du journal devait arrêter. La version électronique ne m’offre pas le même plaisir, sans l’odeur du papier, sans pouvoir écrire dedans, sans pouvoir toucher le papier etc... J’espère donc la poursuite de l’édition papier du Soleil.
Danielle Letarte

---

Pas de compromis, Le Soleil m’est indispensable. Prêt à contribuer avec enthousiasme.
Marc Panneton

---

À vous tous journalistes, photographes et tous les groupes d’employés du Soleil, nous tenons à se joindre à tous ceux qui, comme nous, vous lisent quotidiennement et souhaitent continuer à le faire pendant de nombreuses années encore. Journalistes retraités et ayant vécu un lock-out de 16 mois, nous sommes particulièrement sensibles à l’importance de la diversité des sources d’information. Même si nous sommes toujours abonnés à la version papier, nous sommes particulièrement friands de la version sur le web, tant les manchettes reçues par courriel, que la version intégrale. La pluralité des médias d’information est essentielle, nous en sommes convaincus. Nos gouvernements devraient s’inspirer de la nouvelle taxe numérique française qui s’applique aux géants du web, qui « empruntent » l’information recueillie par des pros sans jamais rien payer, et faire en sorte qu’une partie de celle-ci revienne aux vrais média d’information. Courage et bonne chance!
Denise Martel et Michel Lavoie

---

J’ai été camelot du Soleil et en suis lecteur depuis 50 ans Longue vie à un «grand» quotidien essentiel dans l’Information
Jean-Guy Morin, Belgique

---

Moi qui fut une fière employée du Soleil pendant plus de 10 ans (1979-1989), je vous encourage à continuer. Notre population ne peut se passer d’un journalisme de haute qualité dont fait preuve ce quotidien depuis 123 années. Longue vie!
Rose-Marie Haché

---

Je suis arrivée au Québec en 1989 et vous avez tout de suite participé à mon intégration et fait partie de ma vie. J’ai tout d’abord lu le Soleil chez mes beaux-parents, journal auquel ils étaient abonnés et puis je m’y suis abonnée moi-même. J’apprécie en particulier y lire des nouvelles locales et diversifiées ce que les géants de l’informatique (GAFA) ne nous apporteront jamais et aussi des articles de fond qui requièrent temps et journalistes d’expérience. Tout cela a un prix, il me parait donc nécessaire dans le contexte actuel, que le gouvernement supporte le Soleil pour une information juste, de qualité et démocratique. Vous avez été là pour nous, à notre tour d’être là pour vous. Longue vie au Soleil!
Françoise Rouault