La transition écologique a besoin d’un ancrage législatif et juridique

Depuis quelques jours, le Québec vibre à l’appel de la transition écologique. Les experts sont unanimes : notre mode de vie actuel met en péril notre propre survie et un changement drastique s’impose. Pour Dominic Champagne et une part grandissante de la population du Québec, les discours sur les changements climatiques et les vœux pieux doivent impérativement se traduire en actions concrètes. Devant l’inaction des gouvernements et l’incohérence des politiques publiques, on mise aujourd’hui sur l’action citoyenne pour affronter les défis des changements climatiques, la pollution chronique des écosystèmes, la destruction inéluctable des habitats naturels et la disparition de la biodiversité.

Comment aborder ce problème et quelles solutions devons-nous mettre de l’avant? Il est évident que la solution passe par un engagement déterminé de chacun de nous à participer à l’effort collectif par des actions individuelles concrètes visant à réduire notre empreinte écologique, notre impact sur l’environnement. Il y a quelques années déjà, le regretté Pierre Dansereau préconisait l’austérité joyeuse; le docteur Serge Mongeau appelait à  la simplicité volontaire et  tout récemment le comptable Pierre-Yves McSween nous posait la question «en as-tu vraiment besoin?» 

Nos actions individuelles peuvent certainement orienter le développement dans une voie plus responsable, plus soutenable, mais l’action des gouvernements est essentielle au changement. Les organismes publics et les ministères agissent en fonction des lois qui définissent leur mandat. En 2006, le Québec a adopté une loi sur le développement durable très avant-gardiste qui oriente l’action gouvernementale. En vertu de cette loi, les entités gouvernementales doivent «tenir compte» des principes de développement durable dans toutes leurs interventions. Il nous faut désormais les obliger à «appliquer» ces principes. Une modification de la loi s’impose donc.

Par ailleurs, la loi sur le développement durable exige des ministères l’adoption de plans d’action de développement durable. L’ambition de ces  plans d’action doit être révisée à la hausse et leur mise en œuvre doit être accélérée. Le gouvernement doit également adopter un décret qui oblige les municipalités, les établissements d’enseignement et de santé qui jusque-là n’étaient simplement qu’invités à le faire, à adopter et mettre en œuvre des plans d’action concrets pour une transition écologique. Les entreprises doivent aussi être encouragées dans cette voie. 

La transition écologique constitue une opportunité exceptionnelle de renforcer l’efficience et la compétitivité de notre économie, d’assurer notre résilience face au changement et d’améliorer de façon durable notre qualité de vie dans une perspective d’équité intergénérationnelle. Agissons maintenant.

Jacques Prescott 

Professeur associé à la Chaire en Éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi.  Ex-fonctionnaire au ministère de  l’Environnement, il a coordonné l’élaboration de la première stratégie de développement durable du Québec.