La période des Fêtes est particulièrement difficile à vivre pour les personnes seules ayant une incapacité fonctionnelle.
La période des Fêtes est particulièrement difficile à vivre pour les personnes seules ayant une incapacité fonctionnelle.

La solitude, une double peine pour les personnes handicapées

POINT DE VUE / À l’approche de la période des Fêtes, le Comité d’action des personnes vivant des situations de handicap (CAPVISH) souhaite sensibiliser l’ensemble de la population à la double peine que peuvent vivre certaines personnes vulnérables.

Si les Fêtes sont l’occasion de passer des moments conviviaux en famille ou entre amis, elles sont aussi une période particulièrement difficile à vivre pour les personnes seules ayant une incapacité fonctionnelle. Une solitude d’autant plus importante lorsque l’on est en situation de handicap ou atteint d’une maladie chronique.

Il est cependant possible de briser cet isolement ou d’être un acteur positif dans la vie d’un proche qui est seul. Afin de ne pas passer Noël ou le réveillon seul, de nombreuses alternatives existent afin de tenter de réunir ceux qui n’ont personne avec qui passer les Fêtes. Ainsi, il est possible de prendre part à des activités sportives, culinaires, touristiques pendant cette période. 

Il faut aussi forcer ces personnes à sortir et fuir le téléviseur ou l’ordinateur. Ces derniers sont des diviseurs qui alimentent la solitude et ne contribuent pas à les faire aller vers les autres ou à favoriser l’inclusion sociale.

Il y a bon nombre de personnes handicapées qui ne peuvent sortir de chez elles, car elles ont déjà des obstacles à la mobilité durant l’hiver. Un simple geste de visite de courtoisie peut ainsi faire la différence dans leur vie, et ce, surtout en période de réjouissance.