Robert Bourassa

La peur du référendum

Chaque fois que le mot référendum est prononcé, nous sommes engloutis par une vague de panique et nous tentons de fuir. C'est normal, l'inconnu fait peur, mais quelques bonshommes sept heures ont contribué à alimenter cette peur.
Ce mot utilisé par les libéraux pour nous terroriser est maintenant présent sur la place publique, et cette fois grâce à certains péquistes. On me dirait que les libéraux ont infiltré les rangs des souverainistes pour garder le mot référendum dans l'actualité que ça ne me surprendrait pas!
Ça me renverse.
Ce ne devrait pas être une question politique, mais une option étudiée judicieusement, sans préjugés, non pour privilégier son parti politique, mais pour savoir où se trouvent réellement les intérêts de la population.
Au retour de Meech, Robert Bourassa a fait une déclaration souverainiste. Pourquoi? Parce qu'il ne voyait pas d'autres options. Si un référendum avait été tenu à ce moment, les libéraux auraient fait la souveraineté. D'ailleurs, auparavant, M. Bourassa avait dit à une de mes connaissances, hors micro: si jamais l'indépendance s'avère nécessaire, c'est le Parti libéral qui la fera.
Souverainistes, au lieu de parler référendum, s.v.p. expliquez-nous, dans chacun des secteurs d'activité, quels seraient les avantages de la souveraineté.
Mieux renseignés, nous serons mieux placés pour choisir notre camp.
Benoit Thibault, Québec