Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Maison Michel-Sarrazin
Maison Michel-Sarrazin

La personne au cœur de l’action bienveillante

Yvon Bureau, ts
Yvon Bureau, ts
Québec
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / Virtuellement, le 30e congrès de l’Association québécoise des soins palliatifs aura lieu les 13 et 14 mai prochains. Le thème: «La bienveillance au cœur de l’action».

Tout d’abord, il est tellement bon et grandement bien d’exprimer toute notre admiration et toute notre gratitude à tous les œuvrants de ces 30 dernières années. Lorsque l’on pense qu’il y a près de 200 personnes qui terminent leur vie chaque jour au Québec… Ça en prend, des soignants professionnels et des aides-soignants compétents, compatissants et bienveillants pour ces finissants de la vie et pour leurs proches! Hommage à eux!

Ensuite, comme je le fais depuis plus de 35 années, je reviens placer la personne en fin de vie ou rendue à la fin de sa vie au centre et au cœur de nos processus d’information et de décision, au cœur de nos actions. Honorant d’abord et avant tout la primauté de son seul intérêt, voilà ce qui est le plus important. C’est cette primauté qui a amené la majorité des Maisons de soins palliatifs à inclure l’aide médicale à mourir (AMM) dans leurs soins. Tellement à raison! Une des dernières Maisons à le faire, et non la moindre, c’est notre Maison Michel-Sarrazin.

«Depuis son ouverture en 1985, la Maison Michel-Sarrazin, leader des soins palliatifs dans le monde francophone, s’était toujours opposée à l’aide médicale à mourir. Cette position ferme est chose du passé. Les malades admis à la maison de soins palliatifs peuvent dorénavant faire appel à cette mesure de fin de vie. Entérinée à l’unanimité par le conseil d’administration, l’aide médicale à mourir est offerte à Michel-Sarrazin depuis le 6 janvier (2020). Elle rejoignait ainsi le mouvement qui se dessine à l’Alliance des maisons en soins palliatifs du Québec où 16 établissements sur 33 l’ont rendue disponible. Six autres sont en réflexion.» (Le Soleil, 12-2-2021)

Le dernier Congrès de l’AQSP se titrait: «Les soins palliatifs, un phare pour la vie». Cette année, la Maison Michel-Sarrazin sera tout un phare! C’est tout à son honneur!

J’ose vous partager ce rêve. Nous sommes à l’aube du 1er Congrès des soins de fin de vie. Les soins palliatifs en feraient partie, bien sûr, absolument! Ensemble, nous installerions et alimenterions un phare pour une fin de la vie plus sereine, plus éclairée et plus libre, un phare pour mourir respecté jusqu’à notre fin. Mourir éclairé. Mourir libre. Mourir respecté. Mourir bienveillancé. Sérénité augmentée. Deuil facilité. Vraiment, la dignité passe tellement par le respect de la liberté de choix.

Au Québec, nous sommes désormais rendus dans l’univers des soins de fin de vie. Nous avons la Loi concernant les soins de fin de vie, la Commission sur les soins de fin de vie. Débute la semaine prochaine la Commission spéciale sur l’évolution de la Loi concernant les soins de fin de vie. D’ici 2022, nos Maisons et nos Unités de soins palliatifs devraient devenir des Maisons et des Unités de soins de fin de vie; leur financement devrait être révisé très à la hausse. Enfin, la Politique québécoise sur les soins de fin de vie devrait naître d’ici la fin de 2021.

Soins de fin de vie, voilà une terminologie simple, rassembleuse et inclusive.

Gratitude aux personnes œuvrant dans votre Réseau. Il est réconfortant de les espérer désormais très majoritairement ouvertes à tout l’univers des soins de fin de vie.

Fructueux, généreux et confiant 30e congrès, virtuel et vertuel!