La persécution des musulmans ahmadis au Pakistan

Lundi 5 décembre, des policiers en matière de lutte antiterroriste ont fait irruption dans un complexe de la ville de Rabwah au Pakistan. Ils sont entrés dans les locaux par la force en attaquant les gardiens de sécurité ainsi que les membres du bureau. De plus, les policiers ont saisi plusieurs affaires sans mandat de perquisition. Lorsque la violence a finalement cessé, trois hommes ont été arrêtés, et un gardien a été amené à l'hôpital, où il souffre de ses blessures.
Leur crime : ils sont membres de la communauté musulmane Ahmadiyya, et parce qu'ils exercent leurs tâches dans le bureau de la communauté. 
Les musulmans ahmadis ont joué un rôle important dans l'histoire des religions au Pakistan et sont souvent la cible de persécution de la part des musulmans fanatiques. Depuis 1974, le gouvernement a voté un amendement à la Constitution du Pakistan déclarant que les Ahmadis ne sont plus considérés comme des musulmans et ils sont mécréants. Depuis cette date, ils sont victimes des attentats et de maintes humiliations. Les autorités ne prennent aucune mesure pour les protéger. Le pic de la violence était en mai 2010, a l'heure de la prière du jour béni, le vendredi; les terroristes ont pris d'assaut deux mosquées, tuant 94 fidèles et en blessant 120 autres. Il s'agissait d'une des attaques les plus meurtrières contre les Ahmadis.
Dans une déclaration publiée par l'ONU après cette attaque, on peut lire ceci :
«Les membres de cette communauté religieuse font face à des menaces constantes, des discriminations et des attaques violentes au Pakistan.»
Autrefois, en 2014, pendant le mois sacré de ramadan, une foule a brûlé plusieurs maisons des Ahmadis, tuant une femme âgée et ses deux grandes filles, âgées de 6 ans et de 8 mois respectivement. Si on entre dans une mosquée appartenant aux Ahmadis, on se croit dans une base militaire. Les membres de sécurité sont armés, des mesures préventives en cas d'attaque telles que des contrôles et des fouilles sont obligatoires avant d'entrer à la mosquée. Certaines personnes pensent que ces précautions sont abusives, mais cela fait partie intégrante de la vie d'un fidèle ahmadi au Pakistan. Selon la loi, on interdit aux Ahmadis de prononcer la profession de foi, de propager leur foi, et on leur interdit strictement de saluer avec la salutation islamique assalamou alaikum (la paix soit sur vous) sous peine d'emprisonnement. Ils ne peuvent pas faire tout acte qui aurait pour effet de les assimiler à des musulmans.
La communauté musulmane Ahmadiyya a été fondée en 1889 par Mirza Ghulam Ahmad en Qadian, en Inde. Mirza Ghulam Ahmad a prétendu qu'il était le messie promis dont l'avènement était attendu dans les derniers jours. Au cours de sa vie, il enseignait les vrais enseignements pacifiques de l'islam. Il préconisait la paix et l'amitié entre les différents groupes culturels et religieux. En outre, il insistait sur la loyauté envers son pays. La persécution contre lui et sa communauté a commencé pendant sa vie, un de ses amis afghani a été lapidé jusqu'à la mort. Mirza Ghulam Ahmad a déclaré qu'il était un prophète, une croyance qui va à l'encrontre des croyances musulmanes traditionnelles, qui sont qu'il ne peut y avoir de prophète après Mahomet. Cette différence théologique est la cause de plus d'un siècle de violence et de discrimination contre les Ahmadis. En novembre 2015, la police pakistanaise a arrêté et condamné un homme âgé de 80 ans pour avoir vendu de la littérature de confession ahmadie. Il y a quelques jours seulement, une foule de 1000 personnes a attaqué une autre mosquée dans la ville de Chakwal. 
La communauté musulmane Ahmadiyya est établie dans plus de 210 pays et partout dans le monde. Malgré l'opposition, c'est la plus grande communauté islamique unie sous l'autorité d'un seul chef - Mirza Masroor Ahmad, le cinquième calife de la communauté qui vient de finir une visite historique au Canada. Le but de la communauté est de continuer le travail pacifique du fondateur et de propager le message «amour pour tous, haine pour personne». En outre, elle gère plusieurs projets humanitaires - des centaines d'écoles et d'hôpitaux en Afrique et des puits dans les villages pauvres sont quelques exemples. L'année dernière, au Canada, l'association des jeunes ahmadis a recueilli un million de livres pour les banques alimentaires. Pour les Ahmadis, servir l'humanité fait partie de la foi. 
Les musulmans ahmadis sont dédiés à établir la paix et à servir l'humanité autour du monde. Malheureusement, ils sont victimes de discrimination de la part de plusieurs musulmans, surtout au Pakistan, où la loi les déclare hors de l'islam. Plusieurs pays ont commencé à défendre les droits et les devoirs des musulmans ahmadis. Meher Tarar, une journaliste, a écrit que la persécution des minorités religieuse détruisait l'âme de la société. Plusieurs personnes ont condamné l'incident de lundi et les actes barbares des policiers. Le traitement des Ahmadis au Pakistan est une vérité triste, le seul acte qu'on peut réaliser ici, au Canada, est de continuer à propager la paix, et à sensibiliser nos pairs pour créer de l'espoir dans l'avenir pour toutes les minorités persécutées. 
Raza Shah, imam et représentant de la communauté musulmane Ahmadiyya, Québec