La lubie du tramway

Cette lubie du tramway a de quoi surprendre à plusieurs égards. Que les gouvernements supérieurs paient la facture à 100% ne change rien aux lacunes de ce projet. Le tramway circule dans les rues sur rail, est soumis aux intempéries et augmentera inévitablement les problèmes de circulation. C’était le cas autrefois, et ce le sera encore plus avec l’augmentation du parc automobile actuel.

La réalisation d’un tramway force un gaspillage éhonté de fonds publics puisqu’il faut déplacer toutes les infrastructures souterraines sous les rails. Ces infrastructures sont bonnes pour pratiquement 100 ans.

Comme il faudra se rendre à partir du trottoir jusqu’au milieu de la rue pour y monter ou en descendre, il faut bien réaliser et comprendre les risques pour la sécurité des usagers.

Le projet de tramway se situe dans la fourchette de 3 à 4 milliards $ et peut sembler plus économique qu’un projet de métro avoisinant les 7 milliards $. Toutefois, c’est omettre les coûts d’opération annuels qui seront à la charge de la Ville.

La différence est en fait l’impossibilité d’un système automatisé pour l’opération d’un tramway sur rue (il faudra des conducteurs). Un système de métro souterrain et aérien (à l’exemple de Vancouver avec son Skytrain-Métro) a l’avantage d’être entièrement automatisé. Il dessert adéquatement toute la région avoisinante; il est complété par du transport collectif servant à diriger les usagers vers le Skytrain-Métro. 

Aucun opérateur des voitures n’est présent; c’est un système automatisé, efficace et qui fonctionne depuis plusieurs dizaines d’années.

Revenons au tramway. Supposons 300 conducteurs qui reviennent globalement à 100 000$ par année; c’est une facture annuelle de 30 000 000$. Sur 100 ans, c’est un total de 3 milliards $ de dépenses. Cependant si on y ajoute une inflation de 2% en moyenne, les frais additionnels seront de 9 milliards $ pour cette période de 100 ans.

En conclusion aux 3 à 4 milliards$ de l’actuel projet de tramway, il faudrait y ajouter ce montant de neuf milliards$; c’est bel et bien un total de 12 à 13 milliards $ sur cette longue période.

Comparativement à la proposition de métro à 7 milliards $, c’est donc le métro qui est le plus économique... En plus, il est plus sécuritaire, évite le gaspillage de fonds publics en ne déplaçant pas des infrastructures encore bonnes, circule hors rues sans s’empêtrer dans la circulation et a une durée de vie utile beaucoup plus grande.

Avons-nous vraiment les moyens de nous en passer?

Henry Jenkins

Québec