Les microbiologistes sont en bonne position pour témoigner qu’il y a davantage de bénéfices à la vaccination que de risques associés. Donner une attention exagérée aux risques sans jamais parler des bénéfices est intellectuellement malhonnête», écrit Patrick D. Paquette, président de l’Association des microbiologistes du Québec.

La désinformation: un danger réel pour la santé publique

POINT DE VUE / Les lanceurs d’alertes ont un rôle important à jouer dans nos démocraties. En général, il faut saluer le courage de ces personnes qui risquent parfois gros pour éveiller la conscience collective et révéler des situations et des phénomènes déplorables.

Toutefois, il apparaît qu’à l’ère des médias sociaux et de l’information spectacle, les lanceurs d’alertes sont de plus en plus nombreux à se positionner sur des causes dont ils ne maîtrisent pas toujours tous les paramètres et dans lesquelles leurs motivations ne sont pas toujours claires. Si nous appuyons ces lanceurs d’alertes qui mettent leurs intérêts personnels en réserve pour le bien collectif, en revanche, nous nous interrogeons sur les dérapages de certains. D’ailleurs, ces derniers inquiètent la communauté scientifique dans un contexte où les communications commencent à manquer de filtres.

Les lanceurs d’alertes, la science et la santé publique

La science étant constituée de la somme des connaissances vérifiées et vérifiables, il va de soi que la notion de vérification est primordiale pour accorder un caractère scientifique à un phénomène. Récemment, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, sonnait l’alarme au sujet des fausses informations sur la vaccination qui circulent abondamment sur les médias sociaux, alors que ceux-ci deviennent des foires de désinformation qui permettent à quiconque de conforter les opinions d’un public déjà convaincu. Dernièrement, une étude publiée dans la revue scientifique Science démontrait que les fausses informations se propagent plus rapidement et à plus grande échelle que les informations véridiques, notamment sur Twitter. Concrètement, une histoire vraie serait rarement partagée à plus de 1000 personnes, alors que le 1% de fausses informations les plus virales se propage rapidement à des groupes compris entre 1000 et 100 000 individus.

Quand des scientifiques s’emmêlent

Il est regrettable, voire dangereux, que certains scientifiques participent à ces efforts de désinformation en colportant des théories conspirationnistes. Le tort causé à la crédibilité des scientifiques est grand, certes, mais les dommages peuvent aussi avoir des conséquences graves pour la protection du public. La sortie récente au Québec d’un scientifique, mettant en cause les vaccins et leurs risques pour la santé ainsi que la crédibilité des organismes publics qui en font la promotion comme de l’Organisation mondiale de la Santé, porte atteinte à la santé publique. De tels propos sont d’autant plus navrants dans un contexte où des maladies virales évitables par la vaccination ressurgissent avec force, comme c’est le cas de la rougeole dont les cas ont bondi de 300% au premier trimestre 2019.

Il est vrai que des preuves scientifiques peuvent se contredire et que de nouvelles connaissances peuvent surgir. Toutefois, le rôle de la communauté scientifique, dans un processus de révision par les pairs et de cocréation du savoir, est d’établir les éléments consensuels, les tendances qui se démarquent et les faits basés scientifiquement sur lesquels doivent s’appuyer les décisions prises par les professionnels.

Les professionnels ont une responsabilité tacite face au public. Avant de pouvoir affirmer que les vaccins sont un danger pour la santé, il faudrait pouvoir compter sur un ensemble de preuves dont les résultats font consensus pour les chercheurs, ce qui, à l’heure actuelle, n’est pas le cas.

Une rectification difficile à mener

Les microbiologistes sont en bonne position pour témoigner qu’il y a davantage de bénéfices à la vaccination que de risques associés. Donner une attention exagérée aux risques sans jamais parler des bénéfices est intellectuellement malhonnête.

L’Association des microbiologistes du Québec souhaite ajouter sa voix au concert des chercheurs et des professionnels de la santé qui, malgré des preuves scientifiques appuyant leurs actions et leurs communications, doivent se battre de plus en plus contre des individus à l’argumentaire fallacieux.