La ville de Beauceville a été inondée par la remontée de l’eau de la rivière Chaudière à la suite de la formation d’un embâcle de glace.

Inondations de Beauceville, des solutions existent

POINT DE VUE / Encore une fois ce printemps, la ville de Beauceville est inondée par la remontée de l’eau de la rivière Chaudière à la suite de la formation d’un embâcle de glace.

Malgré la récurrence presque annuelle de l’inondation de Pâques, les résidents de Beauceville pourtant habitués ne peuvent que subir avec stoïcisme cette catastrophe et tous ses désagréments. Pourtant, des solutions ont été proposées pour régler ce problème dans le rapport de l’Étude de modélisation du bassin versant de la rivière Chaudière, étude commandée par le ministère de la Sécurité publique en 1993 à la suite des inondations historiques survenues au printemps de 1991 où toutes les villes entre Scott Jonction et Beauceville ont été inondées. 

Le rapport recommandait la construction d’un barrage pour retenir au pied du rapide du Diable en amont de Beauceville la glace provenant de la débâcle du couvert entre Notre-Dame-des-Pins et St-Georges, éliminant ainsi la formation de l’embâcle au pont et la remontée rapide du niveau d’eau. Le rapport recommandait aussi le reprofilage du lit de la rivière pour favoriser la débâcle du couvert de glace sur quatre kilomètres en aval de la ville, évitant ainsi la remontée du niveau d’eau lorsque le débit augmente. En l‘absence du couvert de glace, il n’y a pas d’inondation à Beauceville.

Après avoir vu les images de l’embâcle de glace à la télévision et pris connaissance des débits et niveaux d’eau mesurés à Beauceville la semaine dernière, les solutions proposées dans le rapport auraient empêché la formation de l’embâcle et l’inondation survenue ce printemps.