Le logo de Netflix sur un téléphone cellulaire

Iniquité fiscale consacrée

Lettre à la ministre Mélanie Joly,
Si je comprends bien, le gouvernement fédéral consacre le principe d'iniquité fiscale en exemptant la multinationale américaine Netflix de l'obligation d'ajouter la TPS à son produit. Le gouvernement contribue donc à maintenir l'avantage concurrentiel de cette compagnie étrangère au détriment de nos entreprises canadiennes. Vous dites procéder ainsi afin de respecter un engagement de votre gouvernement de ne pas ajouter de taxes aux Canadiens. Permettez-moi de vous rectifier. Corriger une anomalie dans un système qui prévoit déjà une taxe est tout simplement de la bonne gouvernance. Si les taxes sur les produits culturels vous indisposent, exemptez tous les diffuseurs! 
Par ailleurs, le transfert des abonnés de nos plateformes canadiennes vers le géant exempté de TPS entraîne une dégringolade des montants versés au Fonds des médias du Canada, auquel Netflix n'a pas à contribuer. Pas de problème, dites-vous! Le gouvernement compensera le manque à gagner de ce Fonds. Wow! Donc, vous êtes sensibles au fait de ne pas me taxer, mais pigerez sans gêne dans mes impôts pour assumer les obligations d'une multinationale américaine. Et les compensations gouvernementales croîtront inévitablement avec les années étant donné la concurrence déloyale à laquelle notre gouvernement s'associe. C'est du dumping à l'envers!
Netflix investira 500 millions $ dans les cinq prochaines années dans la production canadienne. Oui, mais à ses conditions! Dans des contenus que la compagnie aura décidé unilatéralement et qui seront in fine diffusés exclusivement sur sa plateforme. Re-wow! Pourquoi nos diffuseurs n'auraient-ils pas droit aux mêmes privilèges? Et sinon, pourquoi Netflix n'est-elle tout simplement pas assujettie aux mêmes règles que nos entreprises canadiennes? Ce serait aussi structurant, mais plus pérenne qu'une entente de cinq ans d'un diffuseur qui investit pour lui-même, non?
«Pour un Canada créatif», c'est votre vision. Il y a incontestablement une créativité audacieuse chez les négociateurs de Netflix qui doivent se pincer tous les jours depuis votre accord à cette entente aussi inéquitable que dangereuse avec le précédent créé. De la créativité, il en faut aussi pour nous, citoyens, pour entendre un tel discours de lobbyiste et devoir admettre qu'il émane d'une ministre.
Louise Fecteau, Saint-Jean-sur-Richelieu