L’indifférence et la perte du sens tragique de la politique sont peut-être à l’origine de cette paresse intellectuelle répandue chez l’ensemble des indépendantistes, pressés pas pressés, conservateurs comme progressistes, souligne l'auteur.

Indépendance: la paresse et la tragédie

L’année 2018 tire à sa fin et elle emporte avec elle l’ancien cycle politique qui caractérisa la deuxième moitié du XXe siècle au Québec, au courant duquel l’enjeu de l’indépendance était central au sein de la joute politique. Élection du Parti québécois, référendum raté, accord du Lac Meech, référendum prétendument volé et poing levé de PKP ne sont peut-être plus que choses du passé avec l’avènement de la Coalition avenir Québec au pouvoir. Attention : il ne s’agit pas de dire que l’indépendantisme est mort, comme on ne cesse de nous le répéter depuis la naissance même du mouvement.

Il s’agit plutôt de dire que le souverainisme officiel, institutionnalisé et enclavé dans les mêmes schèmes de pensée qui entretiennent la paresse intellectuelle est peut-être en voie de mourir pour de bon. Néanmoins, ne soyons pas dupes : l’avènement d’un péquiste-type comme Yves-François Blanchet au Bloc québécois et l’incroyable incapacité d’introspection du PQ qui s’embourbe dans des interventions insignifiantes pourraient nous laisser croire que le camp du OUI n’est pas près de changer de cap.

Depuis plus de 20 ans, ce souverainisme de province qui se résume par une stratégie de bon perdant, héritier du pacifisme québécois, de notre perpétuelle ambivalence et du complexe du colonisé, s’est déployé avec un plan franchement naïf, dénué de toute considération géopolitique et militaire. Celui-ci se base sur deux prémisses fondamentalement fausses que sont, primo, que la démarche de l’accession à l’indépendance sera nécessairement reconnue par le Canada et l’ONU et, secundo, que nous avons en face de nous des adversaires de bonne foi, de simples voisins sympathiques avec qui nous avons quelques différends et que nous préférons nous séparer, comme on peut préférer une crème glacée au chocolat ou à la vanille. Avec ou sans lactose, votre indépendance? Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que quelqu’un évoque ce que j’affirme : combien d’articles et d’essais se sont-ils écrits sur le sujet sans que pour autant le PQ n’y trouve matière à «oser repenser» le mouvement?

Qu’on se le tienne pour dit : notre pire ennemi est présentement la paresse intellectuelle. Paresse confortable des uns à attendre les conditions gagnantes, paresse suicidaire des autres à vouloir se précipiter dans un référendum le plus vite possible, paresse des têtes brûlées qui ne veulent plus avoir affaire au PQ trop «multiculturaliste», mais qui n’ont rien de concret à nous proposer et paresse des théoriciens qui nous proposent mille et une tactiques toutes plus loufoques les unes que les autres. 

L’indifférence et la perte du sens tragique de la politique sont peut-être à l’origine de cette paresse intellectuelle répandue chez l’ensemble des indépendantistes, pressés pas pressés, conservateurs comme progressistes. Cette incapacité à voir la lutte indépendantiste comme une lutte épique et tragique d’un peuple français d’abord audacieux, téméraire et grandiose, puis conquis, annexé, humilié, dépossédé et en voie de disparition caractérise le PQ depuis sa fondation à bien des égards.

En fait, le nouveau cycle politique dans lequel nous entrons infirme la célèbre phrase de Miron comme quoi «ça ne pourra pas ne pas toujours arriver» : au contraire, l’histoire du Québec n’est pas prédestinée à l’indépendance, elle est fondamentalement contingente et il y a des chances que «ça n’arrive pas». 

J’irais même jusqu’à dire que nous avons beaucoup plus de chances d’échouer que de réussir, et c’est en cela que l’indépendantisme tient plus de la foi que de la simple position politique. Mais sous le conseil de Saint Thomas-d’Aquin, je dis : «Maintenons le cap et espérons au-delà de toute espérance».

Toutes ces observations sont-elles des raisons suffisantes pour «abattre le cadavre péquiste» comme nous le conseille le philosophe Christian Saint-Germain? Faut-il plutôt «sauver les meubles» comme le préconise Mathieu Bock-Côté? Je ne saurais répondre à ces questions, et je crois qu’en cette fin de cycle politique, chaque indépendantiste a le devoir de remettre en question ses convictions fondamentales en brisant ses vieilles manières de penser, en s’extirpant de la paresse générale, et en retrouvant le sens du tragique. Je ne suis évidemment pas le premier à prôner un «renouveau», qui devient presque un exercice rituel depuis quelques années pour épater la galerie.

Je propose néanmoins quelques pistes de réflexion trop peu souvent énoncées au sein du mouvement. Premièrement, cessons de jouer les autonomistes bons perdants et prenons notre rôle au sérieux. Deuxièmement, rappelons-nous que le peuple se passionne pour les grands discours éloquents, les grands hommes qui maîtrisent l’art oratoire, et non les arguments techniciens et les comptables illettrés. En troisième lieu, inspirons-nous du passé, de la philosophie et de la littérature, inscrivons notre lutte dans l’Histoire, à la fois nationale et universelle. Faisons référence à nos bâtisseurs, nos défricheurs, nos historiens, écrivains, poètes et nos grands tribuns : ils font jaillir la flamme patriotique. Dernièrement, nous devons réapprendre à honnir l’ennemi : le Québécois doit bouillir de rage pour passer à l’action. Par rapport à ce dernier point, nous constatons, depuis la déconfiture du PQ, que la francophobie canadienne-anglaise est en plein réveil : n’ayons pas peur de dénoncer cette haine qui montre en plein jour la fracture ethnique de ce pays.

Je terminerai par dire ceci : au fil de mes conversations politiques à droite et à gauche, je constate que le Québécois sait toujours au fond de lui-même que notre destin en Amérique est intimement lié au destin du Parti québécois qui, nous le savons bien, n’est pas un parti comme un autre, pour le meilleur et pour le pire.

Philippe Lorange, étudiant au baccalauréat de Science politique et Philosophie à l’Université de Montréal