La ministre Danielle McCann

Il faut protéger la santé de la population

Lettre à la ministre Danielle McCann

L’Association des victimes de l’amiante du Québec (AVAQ) est une organisation sans but lucratif qui a pour mission d’accompagner et d’informer les victimes directes et indirectes de l’amiante relativement à leurs droits, de promouvoir et renforcer les mesures de prévention en milieu de travail et dans l’environnement et de soutenir la défense des droits des victimes de l’amiante auprès des pouvoirs publics. Pour mener à bien sa mission, l’organisation regroupe divers intervenants et experts du milieu de la santé et de la sécurité du travail et de l’environnement.

À ce titre, nous désirons partager avec vous notre préoccupation importante concernant des projets visant à valoriser les résidus miniers à Thetford Mines et Asbestos. En effet, tel que mentionné par les 18 directeurs et directrices régionaux de santé publique dans leur avis envoyé au gouvernement fédéral en mars 2018, si l’utilisation des résidus miniers n’est pas encadrée sévèrement, «leur mobilisation risque de libérer de grandes quantités de fibres d’amiante dans l’environnement et dans l’air que pourraient respirer la population et les travailleurs concernés».

Dans un tel contexte, l’impact sur la santé publique serait néfaste. Il est donc clair pour nous que le gouvernement du Québec doit tout mettre en œuvre pour s’assurer que les projets de revalorisation proposés actuellement ne puissent pas débuter tant et aussi longtemps qu’il n’y a pas eu un processus rigoureux d’évaluation des risques pour la santé publique et pour l’environnement et un processus de consultation publique. Si à la fin de ces démarches, les autorités considèrent que de tels projets sont réalisables de façon sécuritaire pour tous, elles devront identifier les moyens de prévention à instaurer pour éviter la libération de fibres et de poussières d’amiante.

Enfin, les inspecteurs de la CNESST et du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques devront être mobilisés tout au long de ces projets afin de s’assurer que les moyens de prévention nécessaires soient mis en place en tout temps.

Gilles Mercier, Micheline Marier, Dr Yv Bonnier Viger et Norman King