Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Hommage aux travailleuses des maisons d’aide et d’hébergement

Louise Poirier
Louise Poirier
Auteure, compositeure et slameuse
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / À l’initiative du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, ce texte est un hommage aux travailleuses des maisons d’aide et d’hébergement qui ont traversé une année mouvementée aux côtés des femmes victimes de violence conjugale et de leurs enfants.

Je cherche des mots pour parler de toi

Des mots puissants / ancrés solidement

Dans la réalité des femmes / que tu accompagnes


Je veux parler de toi / parce que ton rôle est crucial

Lorsqu’une d’entre elles rompt le silence et se dévoile

Qu’elle amorce son coming out

Du cauchemar de la fille qui a pogné le mauvais numéro


Toi tu es la frontière / le rempart / de plus en plus solide / de plus en plus crédible

Tu t’appuies sur le mot / pilier

Tu actionnes le mot / levier

Tu embrasses le mot / solidarité

Tu invoques le mot / liberté

Tu prends par la main / le mot / demain

Tu t’inclines devant le mot / résilience

Tu dessines le mot / confiance / sur des visages affolés


Tu braques le spot sur le mot despote

Tu accueilles avec bienveillance / les mots désespoir et souffrance

Tu les regardes au microscope

Tu les dissèques tu les disloques

Tu te ressources avec le mot partage

Tu te reposes avec le mot alliance

Tu t’endors avec le mot vérité


Je veux trouver «les mots pour le dire»

Pour parler de ton quotidien

Trouver «les mots pour le dire»

De cœur à cœur de main à main


Tu entends les mots / estime et dignité

Cachés derrière les peurs et l’angoisse

Et tu les répètes «encore et encore»

Ces mots qu’il est impératif d’entendre

Parce qu’ils jettent des chemins

Sous les pieds des survivantes


Tu les répètes

Les mots bouées

Les mots phares / les mots clés

Comme un refrain

Qui sauve du naufrage

Les femmes à l’amer destin

 

Tu les répètes cent fois

«cent fois cent fois c’est pas beaucoup»

pour celles qui peinent


Gardienne du seuil

Ouvreuse de portes

Tu les prononces sans relâche

Ces mots qui réconfortent

Ces mots remorques / ces mots tracteurs

Comme beauté / comme bonheur

Des mots qui font avancer / vitesse grand V

Et qui sacrent un bon coup de varlope

Dans le faux lustre des préjugés


Et quand tu sors les gros mots

Ceux qui pèsent lourd / dans la balance de la justice

C’est pour clouer au poteau / les tyranniques / et autres bibittes

Alors tu parles, tu cries, tu vocifères

De toute la force de ton vocabulaire


Courageuse et volontaire

Tu es passée au travers / crise et revers /

Des mois tendus/

Qui ont demandé patience et détermination


Intervenante masquée et cernée

Qui se demande

Être ou ne pas être à 2 mètres


Travailleuse de l’ombre

Tu veilles

Et tes vertus / elles / ne sont pas virtuelles

Mais bien réelles

  

Malgré les épreuves / tu continues à faire œuvre humaine

À changer le monde / les mentalités / le système

À parler d’elles / hashtag ou pas


J’ai cherché des mots pour parler de toi

Des mots puissants / ancrés solidement

Dans ta réalité de femme

Et j’ai pensé à résistance et combativité


Travailleuse essentielle

J’applaudis ta vaillance et ta ténacité

Ton ardeur et ton dévouement

De cœur à cœur de main à main

Tu participes à demain