Jean Sexton a agi, en 2004-2005, comme commissaire au sein de la Commission d’enquête sur la Société Papiers Gaspésia.

Hommage à Jean Sexton, artisan des relations du travail au Québec

Spécialiste reconnu des relations du travail, Jean Sexton a débuté sa carrière au Département des relations industrielles de l’Université Laval en 1972, au terme d’études de doctorat à l’Université Cornell, aux États-Unis.

En plus des charges d’enseignement et de recherche qui marquent le début de toute carrière universitaire, l’implication dans le monde du travail occupe une grande place dans son parcours professionnel dès 1974, alors qu’il intègre l’équipe de recherche de la Commission Cliche. Cette expérience sera déterminante, car en plus de confirmer un intérêt pour l’industrie de la construction qui ne se démentira jamais, elle annonce une carrière où l’enseignement et la recherche seront solidement arrimés à une intervention soutenue, en tant qu’expert auprès des gouvernements et comme arbitre de griefs et de différends.

Pédagogue remarquable, il s’est intéressé toute sa vie à des réalités complexes en refusant obstinément de céder à la tentation d’un discours inutilement compliqué. Pour ce faire, il mobilisait son expérience de l’intervention pour transmettre ses connaissances et sa passion des relations du travail. Preuve vivante qu’il est possible de «travailler sérieusement sans se prendre au sérieux», il avait souvent recours à l’humour comme outil d’enseignement, mais sans jamais minimiser le caractère sérieux, et parfois même dramatique, des relations du travail pour ceux et celles qui les vivent. Pour les étudiants qu’il encadrait à la maîtrise et au doctorat, il était un directeur de recherche inspirant, disponible et exigeant, ses quelque 25 années comme directeur adjoint puis directeur de la revue académique Relations industrielles/Industrial Relations ayant fait de lui un lecteur redoutable.

Hors des murs de l’université, c’est probablement pour sa connaissance approfondie de l’industrie de la construction que l’on se souviendra de lui. Outre sa participation à la Commission Cliche et à plusieurs comités ainsi que ses nombreuses interventions dans les médias, il a coprésidé, à la fin des années 80, la Commission sur la stabilisation du revenu des travailleurs de la construction (Picard-Sexton) et a agi, en 2004-2005, comme commissaire au sein de la Commission d’enquête sur la Société Papiers Gaspésia. Ces activités, de même que ses fonctions d’arbitre de griefs et de différends ont fait de lui plus qu’un observateur, un véritable artisan des relations du travail au Québec.

Professeur émérite de l’Université Laval depuis 2014, Jean Sexton a été récipiendaire du prix Gérard-Dion de l’Association canadienne des relations industrielles et de la médaille Georges-Henri-Lévesque de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval pour sa contribution exceptionnelle à la diffusion des connaissances et pour son engagement dans la société québécoise. Il s’est éteint le 25 décembre dernier, à 72 ans, après avoir marqué des générations d’étudiants, de collègues et d’intervenants du monde du travail grâce à ses vastes connaissances, sa sagesse et son humour.

Pier-Luc Bilodeau, Professeur au département des Relations industrielles, Université Laval