Helder Duarte, j’aime le soccer grâce à toi

TÉMOIGNAGE / La nouvelle m’a frappé en pleine face, en consultant l’édition du jour du Soleil sur ma tablette. Un bon moyen de se tenir informé, à distance, sur les activités de Québec.

Helder Duarte décédé en plein sommeil. Il m’a fallu quelque temps pour le réaliser. En 40 ans et plus de carrière comme journaliste sportif, je puis dire que j’ai été chanceux de le côtoyer.

Toujours de bonne humeur, avec des valeurs humaines exemplaires, Helder avait l’art de la communication. Il fallait le voir défendre avec âpreté, et finalement avec humour le soccer, lors de nos nombreuses discussions.

Je m’amusais régulièrement à lui tirer la pipe au sujet de son sport favori et il terminait toujours nos conversations avec «Un jour, je t’amènerai à aimer le soccer», sur un ton rieur.

Malheureusement, je n’ai pu te le dire de vive voix, ce que je prévoyais faire lors de notre prochaine rencontre.

J’aime le soccer grâce à toi et à ton ami Samir (Ghrib). Quand j’avais une assignation pour couvrir un match de soccer ou une conférence de presse je m’y rendais en sachant que, même si je ne connaissais pas tous les rudiments de ce sport, j’étais assuré d’avoir un bon reportage à livrer aux lecteurs du Soleil.

C’est toi qui parlais, mais tu mettais toujours l’emphase sur tes joueuses, de façon très humaine, comme le bon père de famille que tu étais.

Ce fut un honneur pour moi de te côtoyer et d’avoir pu raconter, au fil des années, tous les efforts que tu mettais pour le développement du soccer, autant au niveau civil qu’universitaire.

Aujourd’hui est un jour très triste pour tout le programme de soccer et pour le Rouge et Or de l’Université Laval.

À LIRE AUSSI