«Les médias détiennent un rôle de premier plan pour nous présenter la réalité dans son ensemble, créant un impact important sur notre interprétation et nos réactions face à toute situation d’urgence», écrit l'auteure de cette lettre d'opinion.

Gestion médiatique de la COVID-19

En réaction à l’article «S’informer à la bonne source» du directeur général du Soleil Gilles Carignan paru le 17 mars

Qui n’est pas confronté, particulièrement ces temps-ci, à la défiance de personnes envers les médias, selon lesquelles l’information autour de la COVID-19 crée un climat de peur et de psychose dans la population?

Force est d’admettre que ce sont justement les différents médias (télévision, presse, radio, etc.) qui alimentent nos connaissances et nous conseillent sur les attitudes et conduites à adopter, par l’intermédiaire d’entretiens avec les gouvernements, l’Agence de la santé publique du Canada, l’Organisation mondiale de la santé, les médecins, les épidémiologistes et autres scientifiques, etc.

Qui plus est, les médias ne font pas que diffuser les messages des autorités gouvernementales, mais ils en analysent les tenants et les aboutissants, les mettent en contexte et en présentent les résultats à la population. Cela afin que tout un chacun puisse se faire une opinion éclairée.

Les médias détiennent un rôle de premier plan pour nous présenter la réalité dans son ensemble, créant un impact important sur notre interprétation et nos réactions face à toute situation d’urgence. «L’information n’est pas un luxe, mais une nécessité», dixit le proverbe.

C’est dans cette perspective qu’il y a lieu de saluer le nouveau rendez-vous quotidien du Soleil, auquel nous convie Gilles Carignan: «Le Coronavirus en questions», dans lequel le journaliste scientifique Jean-François Cliche répondra à toutes les questions clés sur l’actuelle crise pandémique. Cela étant, voici une première question pour vous, M. Cliche : Considérant que le gouvernement fédéral a pris la décision économique, voire stratégique, de fermer la frontière canadienne à tous les étrangers, à l’exception des Américains, pourquoi ne pas soumettre systématiquement ces derniers, dont les touristes notamment, à un test obligatoire de dépistage de la COVID-19 et non pas uniquement de les inviter à un isolement de 14 jours?