Garder le cap sur le tramway

En réaction au Point de vue «Le tramway, une décision politique» de Bruno Riendeau paru le 30 janvier

Depuis le début de l’année, je constate un débit lent, mais constant de lettres contre le tramway dans vos pages, sans que ces lettres apportent de nouvelles idées intéressantes. Là-dedans, je cerne un effort semi-organisé d’un petit groupe qui cherche à saper le support pour le projet avec un bruit de fond négatif pendant que les sympathisants gardent le silence, confiants que le projet est déjà approuvé. Pourtant, il y a des limites à ce qui peut passer sans commentaire.

Dans Le Soleil du 30 janvier, le point de vue est intitulé «Le tramway, une décision politique». Évidemment! Pour le meilleur ou pour le pire, toute dépense majeure de fonds publics est une décision politique. Bruno Riendeau commence son point de vue avec des commentaires méprisants envers la clientèle du RTC, qu’il caractérise comme des étudiants et personnes démunies. Apparemment pas du monde qui mérite un réseau structurant «luxueux», comme M. Riendeau le décrit. Mais du même souffle, il essaye de nous convaincre que le tramway, c’est une technologie archaïque et bruyante qui ressemblera peut-être à celle implantée à Québec au XIXe siècle.

Ils ne sont pas saturés, les autobus, nous dit M. Riendeau. Il l’a appris comment? Il a étudié les chiffres d’achalandage? Qu’on voit passer un autobus avec six passagers un samedi soir dans le Parc technologique ne veut pas dire que les Métrobus débordants qui se suivent pare-chocs contre pare-chocs le long de René-Lévesque le mardi matin ne sont pas à capacité. M. Riendeau nous demande de lui faire confiance que les autobus vont suffire pour les années à venir, jusqu’à un avenir lointain, quand ça sera le moment de commencer le long chemin de développer un métro. Et quoi faire de tout cet argent qu’on va économiser? Facile, on nous propose de financer un projet de développement d’autobus électriques avec une partie et de garder le reste pour un projet de métro pour les petits-enfants de mes enfants. Un financement d’infrastructure déjà approuvé à tous les niveaux de gouvernement qui se transforme en projet de recherche et développement et en un fonds d’épargne pour un projet potentiel futur? Une naïveté à couper le souffle!

Entre M. Riendeau et les ingénieurs et planificateurs du RTC, les académiques et autres experts qui ont étudié le dossier, je pense que je sais à qui je vais faire confiance. Messieurs Labeaume et Legault, ne vous laissez pas distraire. On en a eu des études, des consultations, des promesses, des élections et des tentatives de sabotage. Maintenant, sortons les pelles. Je suis enthousiaste pour ce tramway et je sais que des dizaines de milliers d’autres le sont aussi, peu importe leur milieu socio-économique.