Le Soleil
«À moins que surgisse un revirement inattendu, le panorama électoral laisse peu de place à l’espoir pour ce pays post-conflit qui peine à se reconstruire et dont la proportion de la population pauvre ne cesse d’augmenter (59,3% en 2014)», écrit Marie-Dominik Langlois, doctorante en sociologie, Université d’Ottawa.
«À moins que surgisse un revirement inattendu, le panorama électoral laisse peu de place à l’espoir pour ce pays post-conflit qui peine à se reconstruire et dont la proportion de la population pauvre ne cesse d’augmenter (59,3% en 2014)», écrit Marie-Dominik Langlois, doctorante en sociologie, Université d’Ottawa.

Élections au Guatemala: un État pris en capture par les pouvoirs occultes

Marie-Dominik Langlois
Marie-Dominik Langlois
Doctorante en sociologie, Université d’Ottawa
POINT DE VUE / Le 16 juin, le Guatemala tiendra ses élections. Or, la période électorale que connaît ce pays post-conflit n’est pas banale. Sur les 24 prétendants à la présidence qui étaient annoncés au départ, quatre candidatures ont été révoquées par les autorités la semaine dernière.