Des véhicules électriques fabriqués ici

POINT DE VUE / Le gouvernement du Québec s’est engagé à ce que d’ici 2025, 15,5% des véhicules vendus sur le territoire soient électriques, un objectif qui semble assez peu probable malgré toute notre bonne volonté.

Pourtant, un certain Américain du nom d’Elon Musk a récemment fait une annonce intéressante en ce sens. La compagnie qu’il a fait émerger, Tesla, a rendu publiques il y a de cela quelques semaines les brevets des technologies développées pour leurs véhicules électriques. Du coup, la technologie est dans notre main, ainsi que la volonté de remplacer notre flotte de véhicules à essence se déplaçant sur nos routes.

Le gouvernement du Québec fait, de plus, actuellement pression sur les fabricants de véhicules pour mettre en valeur et vendre de plus en plus de ceux-ci. Ce ne serait pas intéressant de construire nous-mêmes nos véhicules électriques plutôt que nous en remettre aux fabricants américains et asiatiques? Pourquoi ne pas construire nos propres moyens de transport? Le Québec a déjà prouvé sa capacité à fabriquer des véhicules, et le fait encore!

Dans la petite ville d’Alma, une entreprise du nom de KARGO construit des camions électriques avec succès. Ce que je propose est assez simple; une société d’État ayant pour but la fabrication et la recherche dans le domaine des transports électriques, le tout en s’inspirant des brevets de Tesla. Et quand je dis transports électriques, rien ne dit qu’on devrait s’arrêter aux voitures, ajoutons à cela les autobus, camions et semi-remorques parsemant nos routes. Une telle entreprise aurait la capacité de créer de bons emplois à la pelle, tout en permettant de créer des solutions à faible coût, sans être pris dans l’idéologie de profit. À ce point, le calcul est assez simple. Plus les coûts sont bas, plus il y a de ventes et, donc, plus il y a de ces véhicules sur nos routes.

C’est sans compter un autre fait assez simple; il est plus avantageux de faire rouler notre propre économie que celle de nos voisins ou partenaires financiers. J’ajouterais de plus un petit rappel; le gouvernement est aussi actionnaire d’une société d’État nous intéressant aussi aujourd’hui, à savoir Hydro-Québec. Il est assez clair qu’un lien entre le fabricant de véhicules et le distributeur d’électricité serait bénéfique, ne serait-ce que pour développer communément des solutions à certains problèmes entourant cette industrie, entre autres et plus particulièrement celui de la rareté des bornes de recharges. Si c’est une solution viable au plan économique, je n’en ai sincèrement aucune idée. Serait-on capable de faire descendre les coûts suffisamment pour justifier cette aventure? Est-ce que la demande est là? Je n’ai aucunement la prétention de dire que j’ai les capacités de répondre à ces questions. En toute sincérité, j’ai simplement espoir que ceux les ayant se penchent sur cette idée. Je lance une bouteille à la mer, voyons ce qui arrivera.