Nicolas Lavigne-Lefebvre, chef d'Option Capitale-Nationale

Des rêveries qui pourraient coûter cher

Monsieur Gosselin, j'ai lu votre lettre ouverte dans le journal Le Soleil hier. Je ne savais pas si je devais rire, pleurer, vous prendre en pitié ou vous ignorer. Mais, étant donné que vous êtes deuxième dans les intentions de vote et que je suis votre adversaire dans la course à la mairie de Québec, j'ai entendu l'appel de mon devoir civique. Je devais vous répondre afin de défendre l'intérêt général des gens de Québec et défendre la vérité.
Cela étant dit, j'ai remarqué que vous êtes un homme très intelligent. Vous avez une entreprise florissante, vous avez une maîtrise en administration des affaires (MBA) d'une grande université américaine et plusieurs de vos amis, collègues, collaborateurs vous on choisi comme chef de Québec 21. 
Par ailleurs, vous conviendrez avec moi que lorsque nous sommes chefs de parti et visons la mairie de Québec, les gens de notre capitale s'attendent à nous voir utiliser notre intelligence, nos habiletés, nos qualités, acquises pendant nos études, nos emplois et nos expériences de vie, pour promouvoir l'intérêt général des gens de Québec.
Nous sommes d'accord, Monsieur Gosselin, les gens de Québec vivent un sérieux problème de congestion routière. La réduction de la congestion est dans l'intérêt général des gens de Québec. Comme moi, vous avez lu plusieurs articles scientifiques, fait des recherches, analysé des études de cas de villes québécoises, canadiennes et américaines aux prises, elles aussi, avec la congestion routière. Dans ces recherches, encadrées par les méthodes rigoureuses, vous avez remarqué, comme moi, que la construction de ponts, comme le troisième lien, l'élargissement des autoroutes, artères et routes résidentielles ont le même effet. Ils réduisent la congestion brièvement. Après trois ans, parfois moins, parfois plus, il y a autant de congestion routière qu'avant les travaux d'élargissement. 
Il y a un exemple très concret de cela à Québec. En effet, l'autoroute Henri-IV sera élargie sur deux kilomètres au coût de 500 millions $. 
Une fois achevée, prédisent les recherches en transport, cette portion élargie verra le retour de la congestion quelques années plus tard. Mais, en plus du retour de la congestion, les gens de Québec devront payer 500 millions $ d'impôts de plus.
Je suis donc très surpris de lire que vous m'accusez d'élever le transport collectif au rang de religion. C'est tout le contraire! Ce sont la science, la recherche, les faits démontrés par des expériences dans le monde réel qui soutiennent la voie privilégiée par Option Capitale-Nationale. Le transport collectif et actif est la solution au problème de la congestion. Je vous l'assure, cette solution est dans l'intérêt général des gens de Québec.
Cela étant dit, laissez-moi essayer de découvrir la cause de votre accusation à mon égard. Seriez-vous tombé dans le piège des fake news de la Chambre de commerce de Lévis? Peut-être que vous et Québec 21 n'avez fait aucune recherche sur la congestion. Dans ce cas, vous proposez des solutions à la congestion qui ne fonctionneront pas. J'espère que ce ne sera pas la même chose pour les autres propositions que vous allez annoncer pendant la campagne. 
Il est important de rêver, mais ne soyons pas rêveur, Monsieur Gosselin. Cela peut nous coûter à tous très cher! Imaginez la hausse des taxes foncières que de telles rêveries pourraient causer aux gens de Québec. 
Enfin, je me demande. Est-ce que votre campagne à la mairie est financée par des amis du lobby des pétrolières et gazières ou par des propriétaires de concessionnaires automobiles? 
Nicolas Lavigne-Lefebvre, Chef d'Option Capitale-Nationale