L'hôpital du Saint-Sacrement à Québec

Des perles du système de santé

Combien d'entre vous, qui avez des animaux, avez exprimé le souhait d'être aussi bien traités à l'hôpital que le sont nos animaux en clinique vétérinaire?
Combien d'entre vous, qui avez des animaux, avez exprimé le souhait d'être aussi bien traités à l'hôpital que le sont nos animaux en clinique vétérinaire?
On a souvent peur des hôpitaux, peur d'être un numéro, un petit rien au bout de tout. J'ai trouvé des perles rares chez nos médecins et je dois amender mon jugement.
Mon dermatoloque de Trois-Rivières, le Dr Bernard Delisle, est toujours à l'écoute, humain et très efficace. Dans le besoin, je me sens bien supportée par ce médecin. C'est extrêmement rassurant. Je ne voudrais jamais le perdre. Suite à un carcinome basocellulaire près de l'oeil, je suis référée à Québec à l'hôpital Saint Sacrement. J'ai déjà fréquenté d'autres centres hospitaliers, mais rien de comparable à Saint-Sacrement.
Je suis reçue par le Dr Bertrand Rodrigue et son infirmière Mme Reyna Bois, des perles du système de santé. Le Dr Rodrigue prend le temps de bien expliquer, dessine même ce qu'il compte faire pour me libérer de ce crabe.
L'hôpital reste en contact avec moi, Mme Bois me téléphonne, rassurante, patiente. Sachant qu'aller dans un hôpital étranger est un facteur de stress, elle me laisse un numéro de téléphone pour lui parler au besoin. Je serai opérée le 12 novembre après une visite la semaine précédente. Ils sont rassurants et je n'ai presque plus peur.
Déjà, ces deux-là sont d'une incoyable humanité. La communication est au rendez-vous. J'ai besoin d'une chirurgie micrographique de la technique de Mohs. Ce qui signifie de longues heures d'attente entre une analyse et l'autre. On m'assigne une petite pièce, une civière, un lazy-boy, un pupitre et deux chaises. J'y suis à l'aise, à tel point que je m'endors.
Le lendemain 13 novembre, c'est la «reconstruction» avec la Dre Yvonne Molgat. Encore une fois, je reçois toutes les consignes avec humanité et patience. La Dre Molgat est souriante et rassurante. Bref, une autre perle.
Que vous le croyiez ou non, au lendemain de la chirurgie, je reçois un appel de l'hôpital St-Sacrement afin de savoir si tout se passe bien.
C'est le bouquet, moi qui ai toujours dit que seuls les vétérinaires ont cette précaution envers leurs malades... J'ai si souvent envié les soins donnés à mes chats. Je dois m'amender maintenant.
Bravo pour ces bons soins.
Diane Lanouette, Champlain