«Ce qui va arriver [avec l’arrivée de la nouvelle loi], ce sont des faillites de propriétaires, d’intermédiaires et des drames humains, écrit l’auteure, mais ça le ministre semble s’en foutre.»

Déréglementer nous ramènera au chaos

POINT DE VUE / Monsieur le ministre Bonnardel, je vous écris aujourd’hui pour vous faire part de ma consternation à la suite du dépôt du Projet de loi no 17 sur la réforme de l’industrie du taxi.

Ce projet de loi, c’est l’équivalent d’une expropriation dont le propriétaire avait une importante hypothèque et qui sera compensé pour une somme très inférieure à la valeur de sa propriété. Cette personne se retrouve avec une dette énorme et plus de maison… et il doit se reloger. Une aberration tout simplement!

Je ne comprends nullement les arguments à l’effet que les chauffeurs de taxi (non-propriétaires) économiseront, car ils n’auront plus à payer pour la location d’un permis sur une base hebdomadaire.

Ce que ces chauffeurs de taxi louaient, ce n’était pas uniquement le permis, mais une voiture équipée de tous les équipements électroniques nécessaires pour faire du taxi et dont le propriétaire est membre d’une Coop qui lui fournissait les appels. Le propriétaire du permis paie l’hypothèque de son permis (dont la valeur sera maintenant de zéro), la voiture, son entretien, les plaques, la cotisation mensuelle à la Coop de taxi (environ 440$) et les primes d’assurance qui sont de plus de 1000 $ par année. Oh! j’oubliais il va maintenant économiser 750 $ annuellement pour l’immatriculation (environ 1000 $ actuellement pour la plaque T comparativement à environ 250 $ pour une voiture standard). Toute une économie! Est-ce que le ministre pense sérieusement qu’un membre d’une Coop de taxis fournira à l’avenir la voiture gratuitement à un chauffeur de taxi?

Doit-on comprendre que le ministre encourage les chauffeurs de taxi non propriétaires à aller travailler pour Uber avec leur propre voiture? Pouvez-vous imaginer le nombre de voitures Uber qui circuleront dans les rues? Ce chauffeur devra toutefois payer 25 % de sa paie à Uber et assumer tous les coûts de la voiture. Je doute qu’il en sorte gagnant comparativement à la location d’une voiture taxi.

Le gouvernement encourage ainsi une entreprise dont 75 % des revenus sont expatriés aux Pays-Bas pour les soustraire aux impôts du Québec et du Canada contrairement à des compagnies de taxi (intermédiaires) faisant affaire au Québec et payant des impôts ici. Est cela le Québec inc. de la CAQ?

Vers un monopole d’Uber

C’est très mal connaître le dossier du taxi. Ce qui va arriver, ce sont des faillites de propriétaires, d’intermédiaires (la Coop de Québec a déjà des difficultés financières) et des drames humains, mais ça le ministre semble s’en foutre. Uber pourra prendre le monopole et faire payer les gros prix aux utilisateurs. J’imagine que c’est cela l’avantage pour les clients dont vous parlez?

Vous devriez prendre conseil (pas seulement auprès d’Uber) auprès des professionnels de la Commission des transports qui connaissent très bien la situation qui prévalait avant l’imposition des quotas.

Toutes les règles, trop lourdes selon vous, qui entouraient le taxi avaient été mises en place pour corriger un chaos dans cette industrie. Déréglementer nous conduira au même chaos. Vous pourrez admirer votre œuvre dans quelques années et ça arrivera, j’en suis certaine, avant la fin de votre premier mandat. Bonne chance!

Je suis extrêmement déçue de ce projet de loi qui met à la rue des honnêtes citoyens (dont une grande partie d’immigrants) qui ont suivi les règles existantes, créées par le gouvernement lui-même, pour entrer dans une industrie en toute légalité et qui sont floués par ce même gouvernement pour permettre à un acteur, qui exporte ses revenus à l’étranger à l’abri de l’impôt, de prendre toute la place sans aucune contrainte. Finalement, la compensation financière offerte aux taxis c’est une subvention pour l’installation d’Uber sans contraintes.

Ce n’est certainement pas un exemple de justice sociale. Dites-moi, est-ce la façon de faire de la CAQ pour mieux intégrer les immigrants? Est-ce la façon de faire de la CAQ pour créer de la richesse (pour Uber)? Est-ce la façon de faire de la CAQ pour encourager l’entrepreneuriat?

On nous sert toujours l’argument de la nouvelle technologie pour justifier cette destruction massive de l’industrie du taxi. La nouvelle technologie existe aussi chez les taxis (application mobile Taxi Coop). La nouvelle technologie, ce n’est qu’un outil pour commander une voiture. La nouvelle technologie ne transforme pas l’activité principale du taxi qui est de transporter un client d’une façon sécuritaire d’un point A à un point B. C’est ça faire du taxi et c’est cela qui a été encadré par une série de mesures pour éviter le chaos qui y régnait antérieurement.

En terminant, je donne tout mon appui aux taxis qui useront de moyens de pression. Ils sont acculés au mur et n’ont plus d’autres choix. Quand on met en faillite les gens, on doit s’attendre à des réactions très fortes. Pour ma part, une telle injustice doit être dénoncée haut et fort!

J’espère que mon message sera lu et surtout entendu.