Déneigement: étonnantes constatations

Récemment, on entendait Régis Labeaume mentionner qu’en raison de la limitation des heures de conduite des chauffeurs de véhicules lourds, le déneigement de nos rues prenait beaucoup plus de temps.

Pourtant, il n’y a rien de nouveau au sujet des heures de conduite : un conducteur peut conduire jusqu’à 15 heures par jour pour le déneigement. Depuis quand faire travailler une personne plus de 15 heures par jour est devenu une bonne idée pour un conducteur de véhicule lourd (peu importe le métier, d’ailleurs)?

Concernant le déneigement, il est reconnu qu’il est impossible de déneiger toutes les rues en une seule journée. Au mieux, il faut quelques jours; pourquoi alors interdire le stationnement partout? Il serait facile d’indiquer les secteurs qui seront effectivement déneigés la journée ou la nuit suivante afin de permettre le stationnement là où il n’y en aura pas. Depuis quand la qualité du service aux citoyens a-t-il été éliminé?

Pourquoi concentrer dans un seul arrondissement la gestion de l’ensemble du déneigement sur tout le territoire? Par exemple, comment un responsable du déneigement situé à Charlesbourg pourrait savoir précisément ce qui se passe partout dans la ville?

J’ai souvent remarqué que l’on épandait des gravillons sur les trottoirs de l’arrondissement Sainte-Foy, un secteur où les trottoirs sont relativement plats, alors que dans le Vieux-Québec, où il y a de fortes pentes, il n’y en avait pas!

Comment prétendre favoriser le transport en commun et recommander aux citoyens de ne pas prendre leur automobile alors que les trottoirs et les accès au transport en commun sont quasi nuls lors d’importantes chutes de neige?

Dans le secteur public comme dans le secteur privé, toute rationalisation (coupes budgétaires) n’a qu’une seule conséquence : la diminution de la qualité du service aux citoyens.