Pierre-Thomas Asselin est candidat pour le Parti conservateur dans Québec.

Démagogie inacceptable de la FTQ

Nous avons appris, cette semaine, que la Fédération des Travailleurs du Québec (FTQ) a décidé d'intervenir dans la présente campagne électorale. Ils utiliseront l'argent des cotisations de leurs membres pour influencer de façon ciblée le résultat dans les circonscriptions de la grande région de Québec. Nous condamnons cette pratique au nom de la démocratie.
<p>L'entrepreneur Jean-Pierre Asselin (à droite) a remporté l'investiture du Parti conservateur du Canada dans Louis-Hébert. Il reçoit les félicitations de l'un de ses adversaires, Donald «Archy» Beaudry, un animateur et producteur événementiel.</p>
Il importe, pour nous, de déclarer haut et fort que les valeurs du Parti conservateur du Canada sont la raison d'être de notre engagement politique. En effet, nous croyons aux valeurs d'équité, d'égalité, de justice et de transparence. Ces valeurs nous assurent une démocratie enviée de tous et sont garantes de notre liberté. Ces valeurs sont celles de notre pays. Ces valeurs sont celles des Québécois. Nous sommes convaincus d'offrir le meilleur programme.
Nous sommes outrés de voir qu'un groupe de pression prétendant représenter une partie des travailleurs de la région va s'inscrire en faux dans un exercice démocratique, qui est le fondement même de notre société. Cet exercice démagogique ne peut-être, à notre avis, toléré dans une société comme la nôtre.  Il doit être dénoncé.
Un député conservateur a proposé le projet de loi C-377 visant à obtenir une plus grande transparence de la part des syndicats. Il est de notoriété publique que la démocratie syndicale profitera des bienfaits de la transparence que cette loi apporte. Il faut évidemment rappeler que leur présence a été et demeure utile; ce n'est pas ce que sont ces organisations, mais ce que certains individus en ont fait qui nous interpellent au plus haut point. Nous sommes fermement convaincus que la transparence et l'équité sont les moteurs d'une saine démocratie syndicale.
En terminant, le Parti conservateur reconnaît que les syndicats ont joué un rôle dans le développement économique du Québec. Or, leur rôle est de défendre les travailleurs et leurs conditions de travail, pas de mener des campagnes politiques partisanes en détournant leur argent. Si les dirigeants des grands syndicats désirent faire de la politique, qu'ils mettent leur nom sur un bulletin de vote, leur visage sur un poteau et qu'ils tentent de se faire élire par la population.
Pierre-Thomas Asselin, candidat
Parti conservateur du Canada - Comté de Québec 
Jean-Pierre Asselin, candidat 
Parti conservateur du Canada - Comté de Louis-Hébert