Décevante consultation

POINT DE VUE / «Gouverner, c’est prévoir!» C’est sur cette tirade songée du maire de Lac-Beauport que s’est ouverte, mardi, une assemblée publique dite «de consultation» à propos d’un projet de construction de 90 condos sur le sommet du Mont-Tourbillon. Un secteur situé hors du périmètre urbain, non desservi par l’aqueduc et l’égout.

Comme résidente de ce secteur, je nourrissais l’espoir qu’on nous donne toute l’information nécessaire à la compréhension de ce projet et des enjeux qu’il génère. Or, cette soirée s’est révélée une insulte à l’intelligence citoyenne. Est-ce qu’un simple PowerPoint d’une vingtaine de diapositives pouvait permettre de se faire une véritable idée d’un projet d’une telle envergure? Bien sûr que non. Où était l’expert en hydrologie qui aurait pu nous expliquer précisément ce qu’est le forage dirigé et quels sont les risques potentiels pour nos puits et installations septiques? Où était le spécialiste de la circulation qui aurait pu nous faire la démonstration de l’impact de l’achalandage que va nécessairement entraîner l’ajout de quelque 180 véhicules en haut d’un chemin étroit et sinueux? Où étaient les tableaux chiffrés montrant ce qu’il en coûtera d’amener l’eau jusqu’au Mont-Tourbillon? Absents.

L’information minimale a été livrée par un maire plus que favorable au projet, par un propriétaire de golf jouant la carte du «Sauvons le golf, comme si c’était un équipement municipal» et par un promoteur dont les réponses comprenaient des «ça ne vous regarde pas» et des «je n’ai pas à répondre à ça». Trois acteurs au jeu mitigé. Et nous, spectateurs, il aurait fallu que nous posions sur-le-champ toutes les questions pertinentes à partir de cette maigre démonstration, sans délai de réflexion. Pire. On nous apprend que la décision quant à l’avenir de ce projet sera rendue le 2 décembre, sans que les citoyens aient une autre occasion de s’exprimer. Désolation. Les spectateurs ont été floués. La pièce était un four. Les acteurs de la soirée n’ont pas fait la démonstration que les travaux étaient sans incidence sur l’environnement et sur la qualité de vie des citoyens de Lac-Beauport.

Je manque de garanties pour calmer mes inquiétudes et je déplore ce mode d’emploi. On n’arrête pas le progrès. Soit. Mais est-ce que le développement peut se faire autrement? C’est-à-dire en synergie avec les citoyens? Selon un processus plus transparent? Avec de l’information disponible au bon moment? Gouverner, c’est prévoir, dit le maire. Et prévoir, c’est travailler de concert avec ses citoyens et décider avec eux du développement dans le meilleur intérêt de tous.