La mère de Gilles Duceppe habitait dans la résidence pour retraités LUX Gouverneur, sur la rue Sherbrooke, dans l’est de Montréal.

Décès de la mère de Gilles Duceppe: accident ou négligence?

Le décès accidentel de la mère de Gilles Duceppe a récemment fait la manchette. On le comprend aisément puisqu’il s’agit de la mère d’une personnalité publique, et que les circonstances de son décès sont le résultat d’un concours de circonstances hors du commun.

Les politiciens et les journalistes se sont rapidement mis en mode «enquête», la question étant d’en trouver la cause et le ou les coupables. Il sera difficile de blâmer les gestionnaires de cette résidence haut de gamme, équipée de systèmes de sécurité sophistiqués et de caméras de surveillance : plus sécuritaire que ça, ça existe certainement, mais ça relève du service correctionnel! Ce qui n’empêchera certainement pas d’essayer. Le côté paradoxal dans toute cette histoire est que l’accident me semble de prime abord relié à des mesures de sécurité ayant mené une personne à s’embarrer à l’extérieur dans des circonstances très exceptionnelles.

Pour moi, la sécurité des personnes âgées ne peut et ne doit jamais être parfaite et totalement étanche parce que plus de sécurité, c’est aussi moins de liberté. En êtres vivants et mortels, il nous faut accepter une certaine dose de hasard dans la manière où chacun de nous terminera sa vie. Bien que le décès accidentel d’une personne âgée laisse toujours ses proches en état de choc, on doit se consoler et se dire que personne n’est à l’abri d’un accident, mais surtout se concentrer sur le bilan d’une vie remplie.

En tout cas, c’est ce que je me souhaite à moi-même : mourir accidentellement à un âge vénérable. Alors j’espère qu’on ne perdra pas son temps à tout faire pour éviter que ça se produise.

André Verville, Lévis