Le chef Konrad Sioui

De la grogne contre le conseil de bande de Wendake

Le conseil de bande de Wendake a choisi le 3 août, vendredi des vacances de la construction, pour un référendum sur un vote sur la mise en marché de cinq terrains sur lesquels, si le référendum est positif, des entreprises pourront construire un immeuble et louer le tout pour 99 ans. Il sera géré par un organisme à but non lucratif par le conseil de bande, sans qu’aucun groupe ne participe aux décisions, c’est-à-dire des groupes de femmes, d’aînés, ou de jeunes.

Le Conseil publicise avec les fonds alloués pour Wendake. Les opposants n’ont aucun budget pour informer les Wendats des effets pervers d’une décision à laquelle aucune génération ne pourra prendre part. Ils ne s’opposent pas à ces commerces, mais à la décision unilatérale du conseil de bande. Ainsi, tous les chefs ont failli à leur devoir de réunir leur groupe familial pour recevoir un mandat clair sur la tenue ou non d’un référendum.

Wendake a un processus coutumier pour prendre des décisions très importantes. Le chef Konrad Sioui n’a pas pris en compte l’affaire Sioui, où lui et ses trois frères sont allés en cour pour faire reconnaître aux Wendats le droit d’exercer leurs droits coutumiers, et celui de décider en groupe familial des affaires très importantes.

Des jeunes ne saisissent pas tout ce que cela implique et demeurent inquiets. Des personnes âgées disent que la résidence n’est pas nécessaire. Elles n’ont pas les moyens pour y résider, mais Wendake aura un CHSLD avec des petits appartements. Cherchez l’erreur! L’annonce de la première réunion d’information du 23 avril 2018 s’est faite le 5 avril 2018; la résolution pour la reddition des lots s’est faite le 18 juin 2018! 

Le chef Sioui a redit à maintes reprises que les Wendats ne paieraient pas de taxes dans les futurs commerces. Rien de nouveau pour tous les Autochtones qui achètent sur une réserve! La trousse de vote par la poste contient uniquement la publicité du Conseil. La mobilisation pour le Non se poursuit.

Johanne Paquet Sioui, Wendake