Avec la fermeture des guichets automatiques dans certains villages, Desjardins abandonne à ses concurrents un avantage concurrentiel extraordinaire, selon le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies.

C’est l’âme du Mouvement Desjardins qui agonise

Lettre ouverte au président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier

Au moment d’écrire cette lettre, 48 heures se sont écoulées depuis la demande qui vous a été adressée le 1er mars de reporter la fermeture des guichets automatiques de Saint-Roch-des-Aulnaies et de Rivière-Ouelle prévue le lundi 5 mars. Sans nouvelles depuis, c’est sans grand espoir que se vit le compte à rebours de la fin d’une époque et le début d’une ère nouvelle pour nos petites municipalités.

Je vous invite à prendre moins d’une minute de votre précieux temps pour visualiser sur notre page Facebook municipale une capsule vidéo que j’ai enregistrée en fin d’après-midi le 1er mars. Rien d’arrangé, tout simplement un moment dans le quotidien du monde ordinaire, de vos membres qui viennent tout bonnement régler leurs affaires. Et savez-vous ce que me disaient ces gens? Ça ne se peut pas qu’on nous enlève même le guichet, c’était bien pratique pour nous autres, on ne comprend pas ça. Ça n’a pas de bon sens. Une image vaut mille mots…

Je crois que tout a été dit sur cette opération de fermeture des services de proximité, caisses et guichets. Je n’y reviendrai pas. Inutile, rendu à ce point charnière, à moins que vous n’exerciez votre autorité pour arrêter cette décision de retrait pour ne pas dire d’abandon des communautés. Appelons les choses par leur nom, même si vos porte-parole s’en défendent bien. Le monde ordinaire n’en pense pas autrement.

Ne vous inquiétez pas pour notre avenir car dorénavant, nous aurons les coudées franches quant à la provenance des services bancaires et financiers dont nous aurons besoin à l’avenir. J’invite d’ailleurs vos concurrents bancaires à venir déployer leurs millions de dollars sur la terre fertile que vous abandonnez et rendez libre comme jamais. Le lien d’appartenance au Mouvement Desjardins avait un prix : la proximité. La représentation symbolique des caisses populaires est en voie de disparition. Vous abandonnez une marque distinctive fortement ancrée dans nos communautés. Vos concurrents bancaires sont aussi capables d’offrir leur fric sans pour autant être près des milieux tout comme Desjardins dorénavant.

On a l’impression que l’âme de Desjardins se meurt. Soyez assuré cependant que le deuil ne sera pas long pour nous. La nature a horreur du vide. Vous disposiez d’un avantage concurrentiel extraordinaire que vous abandonnez à vos concurrents. Soyez conscient que ces derniers doivent probablement s’en réjouir.

En terminant, je souhaite, malgré tout, longue vie au Mouvement Desjardins qui a tant marqué l’histoire économique de la société québécoise et de nos villages. Je vous souhaite de faire autant de bénéfices que vos concurrents bancaires. De populaire que le Mouvement Desjardins a été, il n’en reste plus rien ou si peu maintenant. Ce n’est sans doute pas un hasard si vous avez fait disparaître cette épithète dans la dénomination des Caisses populaires devenues aujourd’hui des Centres de services regroupés autour d’une caisse. Point. En tout respect.

André Simard, maire de Saint-Roch-des-Aulnaies et ex-député de Kamouraska-Témiscouata à l’Assemblée nationale