Célébrons les entrepreneurs de chez nous

POINT DE VUE / Le samedi 26 octobre, c’est jour de fête. C’est Samedi PME! Une journée organisée par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, en association avec Interac, pour reconnaître l’apport et le rôle crucial des PME locales dans nos communautés. Pourquoi une telle journée ? Léo, mon filleul de huit ans vous répondrait simplement : « parce que! », mais je serai plus explicite.

Ce samedi, nous célébrons les PME d’un bout à l’autre du pays parce que nos entrepreneurs locaux sont les bâtisseurs de nos communautés. Sans eux, nos quartiers n’auraient pas la même vitalité, le même dynamisme. Imaginez votre milieu de vie sans votre crémerie préférée où vous terminez vos chaudes soirées d’été. Imaginez-le sans le petit café où vous vous arrêtez les matins quand la nuit a été un peu trop courte. Sans votre salon de coiffure où vous pouvez changer de tête au gré des saisons. Ou sans votre garagiste qui vous conseille quand votre voiture fait un drôle de « tic tic tic ». Vos soirées d’été, vos matinées, votre look, vos balades en voiture ne seraient pas les mêmes sans eux. Alors Samedi PME, c’est LA journée pour leur dire merci d’exister! Merci d’avoir pris ce risque de vous lancer en affaires. 

Parce que la route de l’entrepreneuriat est rarement sans embûches. Partir son entreprise signifie souvent de laisser tomber une sécurité d’emploi et une paie aux deux semaines pour une tout autre aventure remplie d’imprévus. Un propriétaire de PME sur deux admet qu’il a dû arrêter de se payer ou de payer des membres de sa famille pour pouvoir verser un salaire à ses employés, selon un récent sondage de la FCEI. Plus d’un sur trois a dû hypothéquer sa maison pour financer son entreprise. Et un sur quatre n’a pas pris de vacances au cours des trois dernières années. Mais malgré les obstacles, les entrepreneurs poursuivent leur route parce qu’ils sont passionnés. Même si ce n’est pas toujours facile, même s’ils doivent travailler de longues journées et même s’ils ont beaucoup de paperasse à remplir, ils aiment ce qu’ils font et c’est cette passion qui rend chaque PME unique. D’ailleurs, quand on leur demande ce qui les motive à rester en affaires, près des deux tiers des entrepreneurs répondent que c’est le plaisir qu’ils éprouvent à travailler. L’indépendance que leur procure leur entreprise et leur engagement envers leurs employés et clients poussent aussi une grande partie des chefs de PME à continuer l’aventure.

Alors oui, disons-leur merci. Mais disons aussi à tous ceux qui rêvent un jour de démarrer leur entreprise que le jeu en vaut la chandelle. Un jeune sur deux âgé de 18 à 34 ans souhaite se lancer en affaires, selon un sondage de la FCEI réalisé avec le forum Angus Reid. Montrons à la relève que nous avons à cœur les entreprises d’ici et que nous serons là pour les soutenir. Que même si c’est parfois plus simple et plus rapide de commander un produit d’une entreprise étrangère sur Internet, nous continuerons de visiter nos commerces locaux. Parce que l’expérience personnalisée et unique qu’ils nous proposent et les produits et services de qualité qu’ils nous offrent valent le détour. Encourageons nos PME locales pour montrer à nos jeunes qu’ils ont raison de rêver à ce grand projet qu’est l’entrepreneuriat. 

Pour toutes ces raisons et parce que 95 % des gens croient que les PME sont essentielles à nos communautés, Samedi PME est l’occasion de passer de la parole aux actes. Le 26 octobre, prenons quelques minutes pour célébrer l’entrepreneuriat local en visitant un, ou pourquoi pas, des commerçants d’ici. Vous verrez, ils vous le rendront bien, en continuant chaque jour à se dépasser, à créer de l’emploi et à dynamiser nos communautés. Et comme les PME à découvrir sont nombreuses, partagez-nous vos coups de cœur sur les réseaux sociaux avec le mot clic #SamediPME. 

Simon Gaudreault est directeur principal de la recherche nationale à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, le plus grand regroupement de PME au pays.