L'auteur souhaite que ardemment que la population se mobilise davantage pour sauver la cathédrale.

Cathédrale de Rimouski: de la joie à l'inquiétude

Lors d'une conférence de presse, le 16 juin dernier à la salle Raoul-Roy, le Comité 1862, par la voix de Louis Khalil, reconnaissait le sérieux et la pertinence de la proposition du Comité 2016 auquel il se ralliait pour procéder aux travaux pressants de réparation de la cathédrale de Rimouski. Un soupir de soulagement saluait la qualité de la collaboration des deux comités guidés par l'unique intérêt général de voir le plus éloquent élément de notre patrimoine bâti et signature de la ville de Rimouski, au même titre que Notre-Dame pour Paris ou le Château Frontenac pour Québec, être réparé sans délai en procédant au plus urgent.
Je m'attendais, dans les jours suivants voir les travaux commencer. Hélas! Il n'en fut rien. Je comprends, à travers les articles de journaux que certains membres de la fabrique semblent mettre des bâtons dans les roues. Il suffit de se rappeler la dégradation qu'a subie la cathédrale en 1966 et sa détérioration actuelle, fruit d'une grande négligence, pour mettre en doute la capacité de la fabrique à bien entretenir et protéger la cathédrale. Personnellement, ma confiance va vers un organisme sans but lucratif pour sauver ce merveilleux bâtiment et par voie de conséquence le super orgue qui y habite. C'est à un tel organisme que j'accorderai ma contribution financière.
La question n'est pas la désacralisation de la cathédrale, mais sa réparation. Au-delà du droit canon, des prétentions de l'Église et des lois du Québec, rappelons-nous que, moralement, la cathédrale appartient à tous les diocésains. L'archevêque ne devrait pas hésiter davantage à se prononcer clairement. Le temps n'est plus au silence, les travaux urgent. Il faut sans faute éviter le panier de crabes où les intérêts individuels, jaloux de leurs petits pouvoirs, risquent de faire perdurer l'actuel contre-productif tâtonnement.
Je souhaite ardemment que la population se mobilise davantage pour sauver la cathédrale et que l'omerta des éminences grises prenne fin.
Gilles Le Chasseur, Rimouski